Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Une biodiversité qui s’érode, des maladies qui progressent

La biodiversité contribue-t-elle à notre santé physique et mentale ? Si oui, par quel biais ? Et comment la prendre davantage en compte dans les établissements de santé et les collectivités ? Le « Rendez-vous de la biodiversité », organisé le 27 juin 2017 par l’Agence régionale pour la biodiversité en Aquitaine et le CHU de Bordeaux, a planché sur ces questions.

Triton marbré, rainette verte, salamandre tachetée, aulnes, saule, pins...Au sein de ses 30 hectares d'espaces boisés et verts, l'Hôpital Haut-Lévêque à Pessac héberge une biodiversité insoupçonnée ! Un espace qu'il faut préserver et a désormais été valorisé via un parcours thérapeutique et pédagogique. ©ARBA

« La biodiversité : une alliée pour votre santé ? », tel était le thème du rendez-vous de la biodiversité qui s’est déroulé le 27 juin 2017 à l’Hôpital Haut-Lévêque à Pessac. Organisé par l’Agence régionale de la biodiversité en Aquitaine (ARBA) et le Centre hospitalier universitaire de Bordeaux, il a réuni une centaine de professionnels et grand public pour une balade naturaliste suivie d’une soirée d’échanges en compagnie d'experts.

 

Un parcours thérapeutique et pédagogique au sein de l’Hôpital

 

Avec ses 30 hectares d’espaces verts et boisés classés sur 70 hectares, cet hôpital du CHU de Bordeaux abrite une flore et une faune importantes (une cinquantaine d’espèces végétales, une soixantaine d’espèces d’oiseaux et une dizaine d’espèces d’amphibiens et de reptiles) liée notamment à la présence d’une mare de 1500 m3. Un projet initié au printemps valorise désormais ce parc. Il avait 3 objectifs : "aménager un parcours de santé thérapeutique pour les patients, notamment ceux de cardiologie et d’endocrinologie qui doivent limiter leur sédentarité, explique Pierre-Yves Koehrer, ingénieur développement durable au CHU de Bordeaux ; proposer un espace de détente aux professionnels de santé pour favoriser leur bien-être ; et préserver et valoriser la biodiversité via des informations pédagogiques."

 

Biodiversité et santé, étroitement imbriquées

 

La visite a ensuite laissé place à un temps d’échanges-débat avec cinq invités dont Bruno Tudal, co-gérant de la société Biodiv’Air Santé, un bureau d’études bordelais en environnement qui propose des conseils et solutions globales pour aménager et gérer des territoires tout en veillant aux enjeux croisés de la biodiversité et de la santé. "La biodiversité et la santé sont dépendantes l'une de l'autre", souligne Bruno Tudal. "Par exemple, lorsque l’on végétalise un parc ou une toiture, cela réduit la pollution atmosphérique et les îlots de chaleur urbains. Mais il faut être vigilant aux allergies potentielles que les végétaux nouvellement plantés peuvent provoquer", note l'expert.

 

 

50 % de la flore médicinale est menacée

 

 

Thierry Thévenin, paysan-herboriste à Mérinchal (Creuse), a quant à lui constaté "un intérêt grandissant du public pour les plantes médicinales, alors que l’offre végétale ne cesse de diminuer. Selon l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), 50 % de la flore médicinale est menacée". "Il y a une érosion de la biodiversité qu’il faudrait pourtant préserver. A cause de l'urbanisation à outrance et de la chasse, des pathologies émergent comme la maladie de Lyme, transmises par les tiques, dont les prédateurs (hérissons, lézards…) ont disparu", poursuit cet amoureux de la nature.

 

Manipuler la terre, voir la nature pour aller mieux…

 

Estelle Alquier, formatrice en hortithérapie et fondatrice des Jardins de l’Humanité à Saint-Vincent-de-Tyrosse (Landes) inaugurés le 24 juin, s’est, elle, exprimée sur l'intérêt des jardins thérapeutiques. "Les premiers ont vu le jour dans les hôpitaux psychiatriques. Il est prouvé qu'ils stimulent cognitivement, sensoriellement, améliorent le sommeil et la prise en charge de la maladie d’Alzheimer, indique-t-elle. Des études ont aussi montré, à l'hôpital, que la simple vision d’une forêt diminue la consommation d’antalgiques et la durée de séjour des patients."

Florence Heimburger

Voir son profil