Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Un capteur aquitain placé sur une planche pour surfer comme un pro

Après quatre années de recherches, l’ingénieur et surfeur aquitain Kévin Lestrade, 27 ans, a mis au point un boîtier pour réussir son « take-off », autrement dit se lever sur la planche et prendre la vague. Il nous explique le concept.

 

A destination des débutants, le boîtier permet de réussir ses "take-off", et donc glisser sur plus de vagues et éprouver plus de plaisir.

Trop loin ou trop près de la houle, trop lent…pas toujours facile de réussir à se redresser sur la planche pour chevaucher l’océan et enfin glisser ! Pour aider les apprentis surfeurs à y parvenir, l’ancien champion de surf, Kévin Lestrade, 27 ans, et docteur en biomécanique et en robotique, a conçu un dispositif à placer sur la planche. Pesant environ 200 g (plus léger qu’une caméra Go-Pro), et baptisé « Wave Catcher 1.0 » (et coûtant 99 €), il calcule en temps réel le bon timing pour passer de la position couchée à plat ventre à la position debout.

Il se fixe sur le devant de la planche. « Le capteur indique au surfeur l’instant optimal pour se lever grâce à un signal visuel, explique Kévin Lestrade, qui est à la tête de la start-up « By The Wave » qui le commercialise, basée à Hossegor (avec un showroom à Moliets-et-Maâ). Lumière bleue : c’est trop tôt pour le « take-off », le surfeur doit encore ramer. Lumière verte : on y va ! Le dispositif embarqué intègre des capteurs et un algorithme qui se base sur la vitesse, l'accélération, la stabilité du surfeur et de la planche », raconte l’expert.

 

Un boîtier adopté par les surfeurs pros

Il aura fallu quatre ans de recherches, avec les scientifiques Philippe Viot et Jean-Luc Barrou, à l’Ecole nationale supérieure d’Arts et Métiers (Ensam) de Bordeaux-Talence dont un an financé grâce à Aquitaine Science Transfert (SATT) pour mettre au point un tel dispositif.

Le surfeur professionnel Pierre Laignel et la jeune surfeuse de l’équipe de France Neis Lartigue ont testé et approuvé le boîtier.

Brevetée et vendue à l’international (Etats-Unis, Japon, Australie, Europe… les pays où il y a des « spots » de surf !), la technologie, en vente sur la boutique en ligne, est utilisée dans plusieurs écoles de surf de la Côte Atlantique et commence à séduire les particuliers avec 200 exemplaires vendus en 2017.

 

Bientôt adapté aux autres sports de glisse

Présentée ce mardi 24 avril 2018 à Hossegor, la nouvelle version 2018, « Wave Catcher 2.0 » (prix : 179 €), dotée d’un algorithme de coaching virtuel et d’une application Smartphone pour iOS et Androïd, permet aux surfeurs confirmés d’analyser après-coup leur session et de s’améliorer.

« La technologie est fiable, le produit n’est pas un gadget. C’est un accessoire d’aide à l’apprentissage et au perfectionnement. Un nouvel outil dans la pédagogie du surf. Il rend la discipline plus facile et moins frustrante et permet de gagner deux ans (gain de temps mesuré) dans la phase d’apprentissage du surf. Le pratiquant ressent alors plus de plaisir. Mais le capteur ne remplacera en rien les conseils d’un professeur de surf ni les heures passées dans l’eau », prévient toutefois le champion de surf qui conseille aux utilisateurs d’alterner les sessions avec et sans le boîtier pour laisser place au ressenti. 

La start-up souhaite développer un troisième produit d’ici 2019 à destination des surfeurs confirmés et coachs et adapter ce dispositif – 100 % « made in Nouvelle-Aquitaine » -  à d’autres sports de glisse tels le ski et le snowboard en montagne et le skate en ville.

Florence Heimburger

Voir son profil