Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Tchouri : sa forme de canard expliquée ; nouvelle espèce : la taupe aquitaine ; un vaccin contre la grippe aviaire… et autres actus scientifiques

Si vous avez manqué l'actualité scientifique de la semaine, C-YourMag.net vous en propose une sélection commentée !

Tchouri : sa forme de canard expliquée ; nouvelle espèce : la taupe aquitaine ; un vaccin contre la grippe aviaire… et autres actus scientifiques

Tchouri : sa forme de canard est due à une violente collision entre deux comètes

Espace. La formation de la comète Tchouri explorée par la sonde européenne Rosetta vient d’être enfin percée par une équipe internationale de chercheurs qui a publié ses résultats ce 5 mars 2018 dans Nature Astronomy.
Tchouri fait partie des comètes dites à deux lobes. Une forme ressemblant à un canard de bain pour la désormais célèbre Tchouri expliquée par la collision très violente entre deux comètes. Eclatées en deux multiples morceaux suite à ce choc survenu à plusieurs milliers de kilomètres/heure, les fragments se reconstituent ensuite pour donner ce type de forme.

« Un processus qui ne prend que quelques jours, voire quelques heures ! Et la comète ainsi produite préserve une faible densité et sa richesse en substances volatiles, comme Tchouri », expliquent les chercheurs. Ils ajoutent que « ces collisions pourraient aussi expliquer certaines des structures mystérieuses observées sur Tchouri ».

A lire ici et sur ce lien.

 

 

Le laboratoire Ceva annonce avoir « un vaccin 100% efficace contre la grippe aviaire »

Santé. Comme le pointe France Bleu,  « un vaccin contre la grippe aviaire ? Ça fait des années qu'on en parle, que les éleveurs du Sud-Ouest le réclament ». C’est chose faite selon l’annonce du laboratoire basé à Libourne (33) Ceva Santé Animale. Sylvain Comte de Ceva explique même à la radio que ce vaccin est 100% efficace. Ainsi vaccinés, les canards ne transmettraient pas la maladie à ses congénères. Cela permettrait alors d’éviter l’abattage massif pratiqué actuellement par les autorités pour endiguer la diffusion du virus.

Cependant, comme le virus de la grippe saisonnière qui frappe les humains, ce virus H5N8 évolue. « Ce n'est pas toujours le même virus qui intervient, il faut qu'on soit capable de s'adapter au prochain virus », explique Sylvain Comte à France Bleu.

 

Une nouvelle nécropole vieille de plus de 2000 ans découverte dans le désert égyptien

Les autorités égyptiennes viennent d’officialiser la découverte d’une importante nécropole au sud du Caire. Elle a servi dès le VIIème siècle avant notre ère jusqu’à la fin de l’époque ptolémaïque (du III ème avant JC, au début de notre ère). Les chercheurs allemands et égyptiens qui ont participé à la fouille de cette nécropole ont découvert une quarantaine de sarcophages et plus d’un millier de statuettes funéraires. Cette découverte va nécessiter cinq années d’analyses, notamment pour étudier les nombreuses momies et tombes de dignitaires que la nécropole renfermerait selon les chercheurs.
 

 

La taupe aquitaine, nouvelle espèce de mammifère

Il est exceptionnel de découvrir une nouvelle espèce animale. Et pourtant… c’est le cas en France avec la découverte de la talpa aquitania. Ce sont les chercheurs de l’ISYEB (Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité, Muséum national d’Histoire naturelle, Sorbonne Universités) qui l’ont annoncé dans un article de The Conversation France ce 1er mars 2018 dans leur chronique « En direct des espèces ».

Ils expliquent : « Du fait de leur homogénéité morphologique les espèces de taupes sont souvent difficiles à identifier et de récentes études moléculaires ont mis en évidence l’existence d’une diversité cryptique importante au sein du genre Talpa. » C’est en effet en étudiant la variabilité génétique et morphologique des taupes qu’ils ont pu identifier cette nouvelle espèce.
« Nous avons pu montrer que l’espèce T. europaea comprend en fait deux espèces cryptiques : T. europaea et une nouvelle espèce, que nous avons nommée T. aquitania. »

Elle est appelée ainsi car elle vit des Pyrénées jusqu’au sud de la Loire.

 

 

Alexandre Marsat

Voir son profil