Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Sciences : des fraudes par millions de dollars

Mauvaise rentrée pour la recherche scientifique cette année !

 

Sciences : des fraudes par millions de dollars

Période de campagnes présidentielles américaine et française oblige, on a l’habitude de regarder du côté des politiques quand il s’agit d’enquêter sur les mensonges et les détournements d’argent.
Mais si on se penche sur les sciences, les scandales se révèlent énormes : à coup de centaines de millions de dollars. Et même de morts !
Tout commence dans la prestigieuse université américaine Duke. Un vilain canard noir du nom de Erin Potts-Kant a réalisé quelques fausses factures pour empocher 25.000 dollars. Rien que ça. Le tout directement avec la carte bancaire de son labo. Pourquoi se gêner ?
Mais ce canard a fait des petits... Pourquoi se limiter à tricher avec ses notes de frais ? L’enquête concernant la biologiste, reconnue pour ses travaux sur le poumon, a vite été élargie à ses travaux de recherche. Et là bingo ! Les 25.000 dollars sont une broutille comparés à la fraude révélée.
La scientifique a tellement truqué ses résultats de recherche qu’une quinzaine de publications scientifiques, auxquelles elle a participé, a été retirée. Cette nouvelle fraude propulse le détournement à 200 millions de dollars
Comment en arriver là ? L’université a pu obtenir plusieurs bourses atteignant cette somme grâce aux recherches falsifiées par la chercheuse. Et pour beaucoup, l’Université était consciente de ces fraudes. Et comme le rappelle Pierre Barthélémy dans son blog : « l’affaire a le mérite de mettre en lumière ce qui, dans la tambouille de la science, reste souvent dans l’ombre, à savoir la course aux financements. »


 
Le Prix Nobel de médecine annulé ?
 
200 millions de dollars ? On pourrait presque oublier l’affaire… Un autre cas découvert en Suède a causé la mort de deux personnes et pourrait même remettre en question la remise du Prix Nobel de médecine. Le doyen, et sa prédécesseure, de l’Institut Karolinska de Suède, organisateur du Prix, sont emmêlés dans une affaire scientifique très glauque.
Ils auraient couvert les méfaits du chirurgien Paolo Macchiarini. Cet Italien recruté par le célèbre institut est parvenu en 2008 à réaliser une greffe de trachée-artère en révolutionnant la technique pour éviter les rejets, sauf que… 
Sauf qu’une enquête journalistique révèle que sur les trois opérations menées, deux patients sont morts et le troisième est très malade. La faute à « pas-de-chance » ?  Pas vraiment, le « chirurgien » n’avait jamais testé sa technique (sur des animaux). Les deux dirigeants de l’Institut Karolinska, membres du jury du Nobel, ont été priés de démissionner début septembre. 
Cela ne sera peut-être pas suffisant pour maintenir la remise du Prix Nobel de médecine par l’Institut prévu le 3 octobre prochain.
 
Il y a des rentrées difficiles…
 

Photo credit: 270 118 002 via photopin (license)

profil image

Incroyable !