Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Saint-Michel : Le jardin de la mixité ?

Laurence Segrestan est fleuriste depuis plus de 20 ans. Elle possède ce stand depuis 7 ans qu’elle a auparavant rénové. L’ancienne propriétaire lui avait donné le nom de « Jojo fleur » parce qu’elle se nommait Georgette et son mari George. Laurence l’a laissé car il lui tenait à cœur.

Saint-Michel : Le jardin de la mixité ?

Dossier réalisé par des élèves de 3e du collège Aliénor d’Aquitaine avec l’aide de leurs professeurs Lynda Palvadeau (histoire-géographie), Bénédicte Gardair (français), Sophie Jouanin (documentaliste), Claire Frankum, Stéphanie Villetelle (arts plastiques), de Candice Marcellaud de l’ALIFS (Association du Lien Interculturel Familial et Social) et de la journaliste Marianne Peyri dans le cadre de « Sciences en collège » (Partenariat Cap Sciences-Conseil général de la Gironde)

Les fleurs viennent principalement de France, de Dordogne, Perpignan, Coutras… et parfois de Hollande. Elle les vend seulement sur le marché car selon elle « c’est plus vivant et convivial que les boutiques ».

Le stand se situe en face du cours de la Marne, au centre du marché des Capucins, au niveau des végétaux.

 

Trouvez-vous que le quartier a changé ?

Laurence : Oui, il s’est modernisé à cause des parisiens qui viennent dans le quartier, c’est ce qui me dérange car ce n’est pas grâce à eux que le commerce évolue. Je ne sais pas comment il évoluera, mais j’espère qu’il sera tout aussi vivant que maintenant et qu’il sera tout aussi populaire.

 

Cindy H, Anna K, Margot A, Sony G, Anselme P, élèves de 3e au collège Aliénor.