Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Réchauffement : fini le ski en dessous de 2500 mètres !

Vous avez bien profité des pistes enneigées tout l’hiver. Pour certains d’entre vous, c’était même la première fois que vous chaussiez les skis. Vous avez eu raison d’aller à la montagne cet hiver. En revanche, j’espère que vous n’avez pas investi dans du matériel dernier cri.

Réchauffement : fini le ski en dessous de 2500 mètres !

Avec le réchauffement climatique, cela pourrait être la dernière, ou plutôt l’une des dernières, fois que vous dévalerez les pentes.

Le réchauffement climatique aura raison des flocons… Selon une étude publiée ce mois de mars 2017, il ne sera plus possible de skier en dessous de 2500 mètres d’ici 2050.

Vous croyez que c’est loin de vous 2050 ? Eh bien cela concerne tout de même la prochaine génération. Surtout, vu les phénomènes amplificateurs du réchauffement, qui surprennent même les experts scientifiques nous alertant sur le réchauffement depuis quinze ans, il est fort probable que cela aille encore plus vite.

Et l’étude réalisée par l’école polytechnique de Lausanne explique que l’enneigement des Alpes baissera de 30%. Toutes les stations seront donc impactées même si « seules » celles situées en dessous de 2500 mètres n’auront plus de neige.

Forcément la période d’enneigement sera aussi raccourcie. La saison de ski commencera 30 à 45 jours plus tard.

Si on regarde de plus près, avec de la neige skiable qu’au dessous de 2500 mètres, cela fait beaucoup de stations qui seront touchées.

Côté Pyrénées, les scientifiques aquitains, qui ont travaillé à l’étude « Les Impacts du changement climatique en Aquitaine » sont clairs, comme l’expliquait le Flâneur des sciences : « la période d’enneigement pourrait passer de trois à deux mois. Quand on sait que pour certains spécialistes la viabilité des stations de ski nécessite autour d’une centaine de jours d’exploitation par an, les effets du réchauffement seront considérables sur l’activité. »

Mais il n’y a pas que notre activité hivernale de glisse et son économie qui sera impactée. C’est toute la biodiversité qui est en jeu en montagne où le réchauffement est encore plus important.

Pas schuss du tout…

 

Crédit photo : Terje Sollie