Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Quand la nicotine peut servir à soigner !?

Depuis l’école primaire, nous sommes abreuvés de séances de prévention contre le tabagisme. Bref, on passe des heures à entendre « la cigarette, c’est pas bien ! », « il ne faut jamais commencer car la nicotine est une drogue ».

Quand la nicotine peut servir à soigner !?

Le résultat ? Une bonne partie d’entre nous se tourne quand même vers le produit interdit dès le début de l’adolescence à la grande stupéfaction et désolation du corps médical.
J’ai échappé à cette addiction et je suis même devenu un ayatollah de la lutte contre la clope. Mais cette semaine, tout s’écroule. A lire Futura sciences je découvre que la nicotine peut être utilisée comme traitement médical. 
Mon argument inégalable pour convaincre les fumeurs autour de moi de jeter leur paquet de clopes et retrouver ainsi leurs poumons et préserver leur santé est balayé d’un coup de cendres.
C’est une étude publiée dans Nature Medecine, qui explique que la nicotine pourrait devenir un traitement pour soigner des effets de la schizophrénie. 
Sciences et Avenir contextualise l’étude : « une large proportion des personnes atteintes de schizophrénie présente une forte dépendance à la nicotine. Pour nombre des 600.000 malades que compte la France, il s’agirait en fait d’une quasi auto-médication ». 

Fani Koukouli, auteure de l’étude explique dans le communiqué de presse de l’Institut Pasteur, qui a contribué à cette étude avec l’Inserm, le CNRS et des chercheurs russes, américains et allemands : « lorsque nous administrons de la nicotine, celle-ci se fixe sur les récepteurs nicotiniques des interneurones, et influence l’activité des cellules pyramidales du cortex préfrontal qui retrouvent un état d’excitation normal ».
Uwe Maskos ayant participé aussi aux recherches précise : « l’administration répétée de nicotine rétablissant une activité normale du cortex préfrontal laisse présager une possible cible thérapeutique pour le traitement de la schizophrénie ».
 
Nous voilà enfin rassurés et à double titre. Les schizophrènes pourraient bénéficier de ce traitement et la nicotine reste donc à combattre pour tous les autres fumeurs.

 

Crédit photo

profil image

Contente malgré tout d'avoir arrêté la clope....mais surtout de ne pas être schizophrène !