Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Audition : des réponses pour prévenir les risques

Dans le cadre de la journée nationale de l’audition, journée de sensibilisation aux risques auditifs et de prévention des pertes d’audition, de nombreux spécialistes proposent de réaliser un bilan auditif gratuit et de répondre à toutes vos questions. C-YourMag en a posé quelques-unes à Alban Colomès, audioprothésiste au centre d’audition bordelais de Mutami, à Bordeaux, partenaire de l’événement.

Sur le vieillissement de l’oreille « Le vieillissement naturel de l’oreille entraine une perte d’audition normale des sons les plus aigus, au-delà de 4000 hertz. C'est la presbyacousie. Que se passe-t-il dans l'oreille ? La paroi de l'oreille interne est tapissée de cellules ciliées. Elles ont des petits cils à la surface qui vibrent au contact des ondes sonores et stimule un circuit nerveux. Les cellules ciliées peuvent être endommagées par des blessures, des maladies, des expositions au bruit ou l’âge. Les fréquences élevées sont touchées en premier car les cellules ciliées correspondantes se trouvent à l’entrée de la cochlée où passent toutes les ondes sonores. »
#Saviez-vous : on entend grâce à des petits cils à la surface des cellules de l'oreille interne

Sur le nombre de personnes souffrant de troubles d’audition  « Le trouble de l’audition est perte auditive ayant des conséquences au niveau social : quand vous êtes obligé de monter le son de la télé, de faire répéter les gens, que vous n’entendez pas bien votre interlocuteur dans un endroit bruyant. En France, cinq millions de personnes souffrent d’un trouble de l’audition, mais ils n’en sont pas tous conscient. De plus, il se passe généralement 7 à 8 ans entre le moment où la personne est diagnostiquée et le moment ou on lui pose un appareil. »
#Saviez-vous : beaucoup de personnes ignorent qu'elles ont un trouble de l’audition

Sur le niveau sonore à ne pas dépasser pour garder des oreilles en pleine santé – « Le risque de perte auditive existe dès la première exposition à une nuisance sonore importante ! Il y a quelques années, des personnes présentes dans la fosse d’un concert de U2 (110 dB environ) ont développé des acouphènes à vie quelques jours après avoir assisté au concert.
Les risques apparaissent à partir de 90 dB et augmentent avec la durée d’exposition. Théoriquement, il faudrait diminuer le temps d’exposition au bruit de moitié tous les trois décibels. Par exemple, si un son à 80 dB peut être supporté pendant huit heures, un son à 83 dB ne peut être supporté que pendant quatre heures. À 104 dB, le son ne devrait pas être écouté plus de deux minutes… c’est pourtant le volume maximal légalement toléré en boîte de nuit ! »
#Saviez-vous : plus le son est fort, plus la durée d’exposition au son doit être petite


Interview d'un batteur professionnel (JNA).

Sur l’écoute de musique avec un casque – « Lorsque vous écoutez de la musique avec des écouteurs intra-auriculaires, on est à quelques millimètres du tympan. Le volume d’air entre l’écouteur et le tympan est minimal : 0,5 cm3. La pression sonore est beaucoup plus importante que si vous écoutez de la musique avec un casque au même volume sonore, où le volume résiduel est de 6 cm3. »
#Saviez-vous : on doit privilégier les écouteurs casques plutôt que les écouteurs intra-auriculaires

Sur le déroulement d’un test auditif – « Le patient écoute tout d’abord des sons de différentes intensités et fréquences. De la même façon, le second test consiste à répéter une série de mots. L’audioprothésiste diminue le volume jusqu’à ce que les personnes aient du mal à répéter. On compare ensuite son audiogramme avec une courbe d’audition standard pour déterminer où se trouvent les problèmes auditifs. D’autres tests existent, notamment un test de reconnaissance des mots dans un environnement bruyant. Pour quelqu’un qui a un trouble auditif, il faudra diminuer le niveau de bruit environnant de 7 dB par rapport au niveau de parole pour qu’il distingue ce dernier. »
#Saviez-vous : il existe plusieurs tests auditifs car il y a plusieurs types de surdité

Sur les fréquences des différents sons - « Une patiente reçue ce matin me répétait des mots différents de ceux que je lui faisais entendre : « café » au lieu de « sachet », « paquet » au lieu de "baquet", "fosse" et "sauce". Vous vous souvenez que nous devenons d’abord sourds aux sons les plus aigus (à partir de 4000 Hertz) ? Les consommes comme les "f" et les "s" sont justement sur des fréquences aigus, tandis que les voyelles sont sur des fréquences graves. Les consonnes donnent de l’intelligibilité à la parole tandis que les voyelles lui donnent de l’énergie. C’est pour cela que certaines personnes viennent me voir en me disant qu’elles entendent mais qu’elles ne comprennent pas les mots. »
#Saviez-vous : il est possible d’entendre sans comprendre

Sur les personnes les plus exposées au bruit – « Outre les traditionnelles boîtes de nuit, baladeurs mal réglés et concerts, d’autres risques sont moins connus. Les personnes qui pratiquent la chasse sont très exposées car le canon du fusil est situé tout près de l’oreille. De même, lorsqu’ils s’élancent sur autoroute à 110 km/h, l’ouïe des motards est menacée car le bruit du vent dans le casque peut atteindre 100 décibels. »
#Saviez-vous : les motards sont très exposés au bruit du vent

A noter :
La maison écocitoyenne de Bordeaux se mobilise durant cette journée du 12 mars et organise des ateliers gratuits avec une sophrologue à partir de 17h. En prime, le spectacle gratuit tout public Yes Ouïe Can avec des Foreilleurs - une famille déjantée qui connaît très bien les risques auditifs - samedi 14 mars à 15h. 

Crédits photos : JNA