Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Pénis cassés : la triste Saint-Valentin des ours polaires

Pénis cassés : la triste Saint-Valentin des ours polaires

J'AIME PAS LES SCIENCES

La science peut-être drôle. Si si, je vous assure, surtout quand elle est là où on ne l’attend pas.
C’est le cas cette semaine avec la publication d’une étude sur les ours polaires dans Environmental research. Ou plus spécialement sur le pénis des ours
.

Oui, nos amis les ours disposent d’un os au centre du pénis. Il leur permet d’avoir du succès pendant la reproduction ou plutôt comme le dit poétiquement 20 Minutes, il « optimise la durée du coït et donc la reproduction ». Je savais que ça allait vous intéresser…
Bon maintenant que je vous ai appâté, je peux vous donner le résultat de l’enquête. Vous imaginez bien que l’on ne vient pas de découvrir l’os pénien des ours… Et là d’un coup, la science devient vraiment moins drôle même quand elle parle de pénis.

Nos pauvres ours polaires, déjà en danger avec la fonte de la banquise, subissent violemment la pollution. Les chercheurs de l’Université d’Aarhus au Danemark dévoilent que la survie de l’ours polaire est en danger à cause de la pollution au PCB : ces substances issues des industries de matériaux électriques, interdites en 2001 par l’ONU.

 



Victimes du réchauffement climatique et de la pollution au PCB

 

Pourquoi en sont-ils victimes maintenant ? Les PCB sont très coriaces, rejetées dans la mer, ils sont avalés par les petits organismes, puis les plus gros. Ensuite, ils finissent dans les plats préférés des ours polaires, qui se situent tout en haut de la chaîne alimentaire.

En comparant 279 anciens os de pénis, conservés par les habitants comme des trophées de chasse (pas moins élégant qu’une tête de chevreuil au-dessus de la cheminée), les chercheurs ont remarqué que la calcification des ours exposés à cette pollution était plus faible. Bref, l’os est moins dense, donc moins solide.
Le risque est que l’acte sexuel ne soit plus « optimisé » car il peut se rompre pendant l’acte. Mais surtout, une fois cassé, l’ours polaire ne pourra plus se reproduire.

Pour finir sur une note plus joyeuse, il faut savoir que de nombreux mammifères ont un os pénien. Les hommes l’ont perdu avec l’évolution. Pas de chance, les chimpanzés possèdent toujours le leur…