Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Quels sont ces requins qui fréquentent nos côtes ?

Quels sont ces requins qui fréquentent nos côtes ?

FLÂNEUR DES SCIENCES

Si cet été, à la plage, vous voyez passer un aileron à la surface de l’eau, ce n’est pas forcément tonton Bernard qui fait une blague en se collant un bout de plastique triangulaire sur son bonnet de bain. Car oui, il y a des requins sur nos côtes, mais vous avez à peu près autant de chances de vous faire attaquer que de recevoir une météorite sur la tête (ou de rire à une blague de tonton Bernard…).

Il existe près de 500 espèces de requins dans le monde, qui fréquentent à peu près toutes les eaux du globe et même certains gros fleuves. Et l’on en découvre régulièrement de nouvelles espèces. Mais, contrairement à ce que peuvent laisser penser tous les films qui jouent sur la peur des profondeurs depuis « Les Dents de la mer », seules quatre sont réellement dangereuses pour l’homme (le requin-bouledogue, le requin-tigre, le requin-taureau et le requin blanc, que l’on trouve même en Méditerranée). Et encore… généralement, l’homme ne fait pas partie de leur menu : la plupart des attaques sont des « morsures par investigation ». La plupart des espèces sont plutôt timides, mais certaines sont curieuses et veulent goûter, alors elles peuvent mordre un humain. Avant de s’éloigner en se demandant « mais comment font les cannibales pour manger ce truc ? ».

 

Une dizaine d’espèces

 

Sur la côte aquitaine, on trouve au maximum une petite dizaine d’espèces, et seules cinq d’entre elles sont  régulièrement observées. Celle qui fait le plus peur, c’est le requin-pèlerin : long d’une dizaine de mètres, il est le  deuxième plus grand poisson du monde. Et il est pourvu d’une bouche gigantesque qui lui sert…à capter un maximum  de zooplancton. Bref, il est tellement peu dangereux que les Anglais le surnomment « basking shark », le requin flâneur, à cause de son habitude de faire la planche pour se reposer. Mais le plus fréquent sur nos côtes est le requin bleu, qui peut atteindre 3 mètres, vit en pleine mer et se nourrit de poisson. D’avril à novembre, il est très présent car il poursuit  les bonites, les petits thons qui migrent dans nos eaux à cette période.

Enfin, les requins-renards et leur très longue queue qui sert à assommer leurs proies ainsi que les roussettes sont des habitués de la côte aquitaine. Le plus souvent, ils cherchent des eaux calmes, ce qui les conduit à fuir les concentrations de baigneurs. Peut-être avez vous déjà mangé sans le savoir du requin-taupe (ou maraîche), vendu sous l’appellation « veau de mer » ? Celui-là est parfois nerveux et peut mordre, mais pas assez fort pour provoquer de grosses blessures. Bref, en guise de « Dents de  la mer », dans le coin, c’est plutôt « Le Dentier de la plage ».

 

Chronique réalisée en collaboration avec le Mag de Sud Ouest.
http://www.sudouest.fr/lemag/

 

Photo credit: Loïc Lagarde via photopin cc