Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Balade "Les cycles de la vigne" 1/5 : Les points forts de la balade

Les points forts de la balade

SCIENCES EN BALADE :
MERIGNAC / PESSAC
Partez à la découverte des villes avec "l
es Cycles de la vigne"

CONSULTER LA CARTE DE LA BALADE


1 - La fontaine d’Arlac
 

Fontaine d'arlacIsolée au milieu d’un environnement modernisé, la Fontaine d’Arlac, du moins le bâtiment actuel, date du milieu du XVIIIe siècle. Réceptacle de sources naturelles et permanentes, sa véritable histoire commence un siècle plus tôt lorsque, devant la pénurie d’eau récurrente à Bordeaux, le conseil de la ville décide de faire alimenter la fontaine Saint-Projet par l’eau d’Arlac.

La fontaine n’est jamais à sec et son débit conséquent : 650 m3 par jour, de quoi fournir, à l’époque plus de 30.000 habitants.

En 1831, un ingénieur hydraulique estime qu’elle est la seule “qui donne une bonne eau à la ville de Bordeaux.” Elle symbolise un important réseau hydrographique puisqu’une autre fontaine, désormais à sec, était située dans ce qui est désormais une résidence étudiante : la “Mayade du Tondut” était connue pour ses eaux “purgatives et anti-fièvres.”


2 - Château Luchey-Halde
 

Château LucheyC’est le symbole de la reconquête de l’espace urbain par la vigne. Le vin de Luchey était, dit-on, très apprécié par Napoléon Ier mais cela n’a pas suffi pour le préserver de l’armée qui le rachète en 1919 pour en faire un champ de manoeuvres.

Pendant une grande partie du XXe siècle, il abritera un parcours du combattant et un stand de tir. L’armée le met en vente à la fin des années 90. C’est l’Enita (désormais Bordeaux sciences agro) qui le rachète en 1999 pour en faire un domaine école.

Sur les 29 hectares, 22 sont replantés en pessac-léognan et les bureaux sont hébergés dans le château du Luchey. Celui de Halde a été rasé en 1919.


3 - Le bois du Burck
 

Le bois du burkAvec ses 38 hectares, le Bois du Burck est le parc le plus important de Mérignac et il constitue le souvenir de ce qu’était cet endroit avant l’urbanisation. Constitué de deux domaines (Burck et Bel-air), il était au XIXe siècle composé de vignes, de futaies et de prés pour les parties qui approchent le Peugue.

Aujourd’hui, laissé à l’état naturel avec un entretien léger, il est redevenu une pinède chênaie atlantique : pins maritimes pour l’étage supérieur et chênes (tauzin et pédonculé) pour l’étage en dessous. Avec quelques nuances : une partie dite “lande atlantique” laisse une forte place aux fougères aigles, à la bruyère cendrée et à l’ajonc (la véritable lande atlantique n’est quasiment pas boisée) ; une autre partie, très touchée par la tempête de 1999, est en cours de reboisement. Un recensement récent des champignons y a révélé la présence d’environ 120 espèces différentes.


4 - Château Pape Clément
 

Le plus ancien domaine de l’appellation, légué à Bertrand de Goth par sa famille qui dominait alors le Sud-Gironde grâce à son alliance avec les Albret. En tant qu’archevêque de Bordeaux (1299-1304), il s’occupa beaucoup de ses vignobles. Grâce à son habileté manoeuvrière, il su jouer des rivalités entre Anglais et Français pour devenir pape sous le nom de Clément V en 1305. Peu enclin à rester à Rome déchirée par les intrigues, il faillit installer la papauté à Bordeaux avant de choisir Avignon, plus neutre que la Guyenne anglaise. Il fut le pape du procès des Templiers et mourut en 1314.

Le château actuel ne lui doit rien : il date de la fin du XIXe siècle, sous l’égide de Jean-Baptiste Clerc qui acheta le domaine en 1858 et contribua grandement à sa réputation actuelle.


5 - Eglise Saint-Martin
 

La principale église de Pessac fut vraisemblablement construite à l’emplacement d’une villa gallo-romaine et d’un cimetière mérovingien. Curieusement, on a peu d’indices sur sa fondation et il ne reste d’ancien que la base de son clocher moyenâgeux, difficile à dater. Son intérêt principal est son retable baroque, du XVIIe siècle, qui provient de la chapelle des religieuses de Notre-Dame, à Bordeaux, d’où il fut enlevé en 1804 lorsque celle-ci devint temple protestant.


6 - Château Haut-Brion
 

Chateau Haut-BrionC’est le premier château à avoir inventé la notion moderne de grand cru. La propriété du Marquis de Pontac inaugure de nouvelles méthodes au XVIe siècle : taille plus courte, vendanges plus tardives, macération plus longue.

Résultat : les Anglais adorent ce “New french claret” alors qu’ils s’étaient détournés des bordeaux au profit des vins ibériques. En 1722, le “Hobryan” se vend à 2.000 livres le tonneau, vingt fois plus cher qu’un vin courant. La demeure construite en 1550 par Jean de Pontac est quasiment intacte même si on lui a accolé un second corps de logis au XVIIe siècle.

 

Cliquez ci-dessous
pour découvrir l'ensemble du guide