Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Balade "Un bois si près de la ville" 3/5 : Les cyprès, hôtes incongrus

Balade "Un bois si près de la ville" 3/5 : Les cyprès, hôtes incongrus

SCIENCES EN BALADE :
CENON
Partez à la découverte des villes avec "Un bois si près de la ville
"

Que venaient faire des cyprès « sempervirens » sur cette colline, loin de leur territoire méditerranéen d’origine ? On ne sait pas très bien comment ils sont arrivés là, mais on sait comment ils ont tenu : les coteaux de la rive droite sont exposés au sud, très calcaires, donc avec un sol relativement sec et qui reflète le soleil. Un écosystème très méditerranéen.

Toujours est-il que l’arbre devint l’emblème de la ville et de son vin, au point qu’à l’époque de la présence anglaise, les tonneaux partant outre-Manche devaient être ornés d’une branche de cyprès pour prouver leur provenance. Un tableau du XIXe siècle du musée des beaux-arts de Bordeaux le rappelle  : « Paiement du tribut du Cypressat », par Edmond-Louis Dupain. Presque entièrement gelée lors du terrible hiver 1709, coupée à ras lors de la Révolution, la forêt de cyprès se limite désormais à sept individus.

 

Le cyprès, une Grande famille

 


Mais la réhabilitation du parc du Cypressat a donné des envies de renouer avec les origines et de lancer une collection de cyprès. Celui  auquel on pense aussitôt, le « cupressus sempervirens », le cyprès des cimetières, n’est qu’une des 200 espèces qui composent la famille « cupressus ». L'aspect de ces arbres va de l’arbuste rampant à des individus qui atteignent presque la taille d’un cèdre. Leur zone de peuplement s’étend dans toutes les zones tempérées, de l’Amérique à l’Asie. La collection, réalisée avec l’aide du jardin botanique de Bordeaux, sera la seule en Europe.  Si on voulait la faire tenir sur le territoire du parc, il faudrait supprimer les autres arbres. Le Cypressat ne constituera donc que le cœur de la collection qui sera répartie sur tout le territoire de la commune et au delà.

 

Ecosystèmes variés

 


Le cyprès n’est pas la seule espèce inhabituelle à pousser dans le parc. Sa forme en fer à cheval lui permet de varier ses expositions et les différentes natures de son sol autorisent une grande variété végétale. On trouve ainsi plusieurs zelkovas,  un arbre originaire du Caucase, introduit en France au XVIIIe siècle mais essentiellement présent dans les zones de montagne. Il supporte en effet des températures allant jusqu’à – 23° C et on en trouve rarement en Aquitaine. Avec une trentaine de buis centenaires, on a ainsi un lot de raretés arbustives. Mais c’est le cyprès qui a l’antériorité et qui a donné son nom au lieu.

Cliquez ci-dessous
pour découvrir l'ensemble du guide

Sciences en balade - cenon-