Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Comment fonctionne une balise Argos ?

Comment fonctionne une balise Argos ?

FLÂNEUR DES SCIENCES

«Le skippeur en difficulté a déclenché sa balise Argos »

Vous n’y couperez pas : avec le mauvais temps et les courses à la voile, il y aura forcément un navigateur qui va déclencher cet engin baptisé du nom d’un des innombrables fils de Zeus, équipé d’une centaine d’yeux. Mais, outre qu’il est toujours conseillé de s’acoquiner avec une famille divine quand on est dans la mouise, qui sait réellement ce qu’est cette fameuse balise ?

Il faut d’abord savoir qu’elle ne sert qu’anecdotiquement pour les voiliers. En effet, l’immense majorité des quelque 20 000 balises en activité dans le monde sont posées sur des animaux, pour contrôler les espèces en danger et étudier les migrations, ainsi que dans les océans pour compléter les prévisions météorologiques. C’est que, contrairement au système de localisation GPS qui est plus précis (de l’ordre de la dizaine de mètres contre 150 mètres pour le système Argos), cesbalises ne servent pas uniquement à calculer des positions mais fournissent aussi des données prédéfinies par l’utilisateur (température et salinité de l’eau en météorologie, rythme cardiaque de l’animal en écologie…). De plus, avec Argos, le porteur de balise n’a pas accès à sa position mais elle est décryptée, avec toutes les autres données, par deux centres de traitement, l’un à Washington et l’autre à Ramonville-Saint-Agne, près de Toulouse.

 

Le tour de la Terre par satellites

Quant à la balise, elle envoie des signaux à des satellites qui l’identifient par son numéro de code. Les six satellites dédiés à ce système sont positionnés à 850 kilomètres d’altitude en orbite polaire.

C’est-à-dire qu’ils font le tour de la Terre de « haut » en « bas », en passant par les pôles, en cent minutes environ. Ils situent la provenance du signal grâce à l’effet Doppler. Cet effet modifie la fréquence d’une onde sonore ou électromagnétique selon qu’elle s’approche ou s’éloigne. C’est notamment lui qui provoque le changement du son que l’on perçoit d’un train lorsqu’il s’approche (aigu) ou s’éloigne (grave).

Comme la fréquence d’émission de la balise est constante, en calculant la déformation du signal, le satellite arrive à évaluer sa position par rapport à lui. Il enregistre ce que la balise lui apprend et le transmet à l’une des 50 stations d’écoute dispersées à travers le monde.

Celles-ci envoient ensuite les données brutes aux deux centres de traitement, qui les analysent. Créé en 1978 par le Cnes, la Nasa et le Noaa (1), le système Argos continue, après améliorations, à être toujours plus utilisé. Ça, c’est pas de la balise en carton !

(1) Centre national d’études spatiales (la Nasa française)€; National Aeronautics and Space Administration (Agence nationale de l’aéronautique et de l’espace),  États-Unis ; National Oceanic and Atmospheric Administration (Noaa), agence américaine responsable de l’étude de l’océan et de l’atmosphère.


Chronique réalisée en collaboration avec le Mag de Sud Ouest.
http://www.sudouest.fr/lemag/

Crédit photo : Pierre Baudier