Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Microclimats : mythe ou réalité ?

Les vignobles du Jurançon ont pu se développer car ils bénéficient d’un automne très doux.

FLÂNEUR DES SCIENCES

Chaque clocher a son microclimat. Toujours pour se différencier en bien – évidemment – de son voisin. Ici, l’hiver est chaud, là la pluie est bloquée par la colline, et ailleurs le soleil brille plus fort et toute l’année. Chacun refait le bulletin météo à sa façon pour sa région. Dans la nôtre, le plus célèbre des microclimats est celui de Pau. Il faut dire que les Palois et les habitants des environs portent haut et fort leur beth ceù de Pau (le beau ciel de Pau). Le spectacle est si beau qu’ils en ont même fait une chanson.

Pour Philippe Valat, prévisionniste à la station Météo France de Pau-Uzein, le microclimat « doit avoir des caractéristiques très particulières avec des moyennes relativement basses ou hautes par rapport à la moyenne générale. » Des particularités qui vont induire des phénomènes touristiques, agricoles, sportifs. « L’absence de vent qui caractérise le Béarn en est un. Il a permis l’essor de l’aéronautique ». Forts des relevés de vent réalisés par le docteur Meunier, les frères Wright décident de créer en 1909 à Pont-Long au nord de Pau, la toute première école d’aviation qui sera suivie par l’École des troupes aéroportées (Etap). Rien de mieux qu’un faible vent pour apprendre à sauter en parachute.

 

Effet de foehn

 

« De même, les vignobles du Jurançon ont pu se développer car ils bénéficient d’un automne très doux. » Associé un bel ensoleillement et une orientation sud, les vendanges peuvent s’étaler loin dans la saison et les raisins se gorger de sucre. Un atout climatique possible grâce à l’effet dit de foehn. « Le flux dominant de la région de Pau est de sud-sudouest. Or, dès que l’on a un flux de sud, les montagnes vont s’opposer au passage des perturbations. Les Pyrénées vont soulever l’atmosphère, ce qui fait que, du côté français, les nuages ont disparu, la masse d’air s’affaissant. Cette compression de l’atmosphère permet alors le réchauffement. On retrouvera la perturbation plus loin dans les Landes ou le Gers, mais le ciel bleu dominera à Pau. »

Un effet de foehn qui permet une vraie douceur hivernale. Bien qu’aux pieds des Pyrénées, la neige est rare à Pau. Et si elle tombe, elle ne passera pas la journée. « Il va neiger sur cinq jours dans l’année. Mais dès 10 heures, les températures remontent. Au final, seules une à deux journées ne connaissent pas le dégel. » Les montagnes font alors place nette pour le beth ceù de Pau.

 

Chronique réalisée en collaboration avec le Mag de Sud Ouest.
http://www.sudouest.fr/lemag/

 

Alexandre Marsat

Voir son profil