Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Les oiseaux dorment-ils vraiment ?

Les oiseaux dorment-ils vraiment ?

FLÂNEUR DES SCIENCES

Puisque la nuit tous les chats sont gris, forcément, les oiseaux se méfient. Ce qui explique qu’ils dorment peu. Généralement, plus un animal est prédateur, plus il dort. À cela deux raisons : comme il est carnivore, son alimentation est riche et il n’a pas besoin de se lever toutes les cinq minutes pour se nourrir. Et tout simplement parce qu’il ne risque rien, c’est lui qui mange les autres. Résultat, le lion dort jusqu’à vingt heures par jour.


L’homme, lui, passe grosso modo un tiers de sa vie au lit. Et les oiseaux, plutôt bas dans la chaîne alimentaire, dorment un peu quand ils peuvent. C’est ainsi que les oiseaux limicoles (qui se nourrissent sur la vase) profitent de la marée haute pour piquer un petit somme puisqu’il n’y rien d’autre à faire.

Le canard ne dort que d’un oeil
Et le merle profite de la nuit puisqu’il ne peut pas voir les vers. En bref, il y autant de modes de sommeil qu’il y a d’espèces d’oiseaux. Le canard, lui, ne dort que d’un oeil. Littéralement. Il ne déconnecte qu’un seul de ses hémisphères cérébraux et veille avec celui qui commande son oeil ouvert. Qui plus est, s’il dort sur l’eau, il contrôle sa dérive par des mouvements inconscients de ses pattes. Ceux de l’espèce qui ferment les deux yeux les clignent entre cinq et quarante fois par seconde pour contrôler les alentours. Mais comme tous les animaux, ils relâchent leur tension musculaire pendant le sommeil. Les oiseaux qui dorment dans les arbres ont ainsi un tendon sous les pattes qui, une fois appuyé, « clipse » automatiquement leurs griffes autour de la branche ce qui leur évite le ridicule de s’étaler lamentablement.
Il se détend automatiquement dès que l’oiseau se redresse.


Si la plupart des oiseaux ont un sommeil constant, d’autres l’adaptent à leur mode de vie. C’est le cas en particulier des migrateurs : la sarcelle d’hiver dort jusqu’à douze heures par jour en septembre pour prendre des forces avant la migration. La barge à queue noire ne dort carrément pas pendant la migration et peut ainsi parcourir ses 3 000 kilomètres bisannuels en soixante dix heures. Quant au martinet, il garde ses habitudes : comme ses ailes sont trop grandes pour se poser (contrairement à l’hirondelle qui peut se poser, même si ça lui est pénible), il dort en volant dans les courants d’air chaud.

Comme il n’y a pas d’hôtels pour eux, les oiseaux dorment généralement là où ils ont leurs habitudes de nidification.
Donc si on vous propose un nid douillet, méfiez-vous : ça promet un sommeil agité.
Mais ça peut ouvrir des perspectives…

Chronique réalisée en collaboration avec le Mag de Sud Ouest.
http://www.sudouest.fr/lemag/

Crédit photo : Pierre Baudier