Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Pourquoi des hydravions se posent-ils à Biscarrosse ?

Pourquoi des hydravions se posent-ils à Biscarrosse ?

FLÂNEUR DES SCIENCES

Il approche du plan d’eau, l’effleure lentement puis glisse sur l’immense étendue. La scène semble se dérouler dans le grand nord canadien où, dans l’imaginaire collectif, l’hydravion est roi.
Largement véhiculée par les films, cette image nous fait oublier le riche passé de l’hydraviation en Aquitaine que des passionnés font revivre à Biscarrosse. Car c’est ici, pouvons nous dire avec un peu de chauvinisme, que tout a commencé. Si l’hydravion a été inventé en 1910 par Henri Fabre, c’est bien grâce aux eaux de Biscarrosse que l’hydraviation a été développée par Pierre-Georges Latécoère.
L’industriel toulousain dont l’activité est florissante entre les deux guerres se lance dans l’aéronautique et l’aviation postale en construisant des hydravions de plus en plus gros et puissants. Il se met alors en quête d’un lieu idéal de montage et d’essais en vol pour ses nouvelles machines, véritables paquebots des airs. Ce sera le lac de Biscarrosse.
Le village de résiniers n’est pas choisi au hasard. Son lac dit de Biscarrosse-et-Parentis est large de 10 kilomètres. Largement suffisant pour décoller et amerrir. Le lieu est magnifique mais c’est surtout le cordon dunaire de la côte toute proche qui retient l’attention de l’industriel. Il protège le lac, et donc les hydravions, des vents d’ouest. Les eaux du lac étant douces, les appareils sont moins exposés à la corrosion.

Un aéroport international

Dès 1930, les hangars de Latécoère sont construits au nord du lac. C’est le début d’une aventure humaine, mais aussi économique, technique et scientifique.
Les pilotes d’essais aux noms légendaires, comme Mermoz, Saint-Exupéry et Guillaumet viennent à Biscarrosse.
L’hydrobase attire tous les regards et quand la France décide de se lancer dans la conquête commerciale de l’Atlantique, c’est Biscarrosse qui est choisi à la fin des années 1930 pour y implanter un aéroport international et relier New York.
Les riches voyageurs sont alors acheminés jusqu’au village landais pour prendre place dans de mythiques, vastes et luxueux hydravions construits par Latécoère comme le Laté-631. Ils permettront à la jeune compagnie Air France de créer, dès l’été 1947, une ligne transatlantique régulière : Biscarrosse-Fort-de-France. Même les Boeing de la Pan Am et les appareils de la Britannique BOAC amerrirent sur le lac landais.
Aujourd’hui, le lac conserve tous ses atouts et les passionnés d’hydravions, qui continuent à se poser sur le lac, rêvent de voir l’hydrobase retrouver son luxe d’antan.

http://www.hydravions-biscarrosse.com

Chronique réalisée en collaboration avec le Mag de Sud Ouest.
http://www.sudouest.fr/lemag/

Crédit photo : L'imaGiraphe (en travaux) via photopin cc

Alexandre Marsat

Voir son profil