Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

« Il faut absolument prévoir de s’adapter au réchauffement climatique »

« Il faut absolument prévoir de s’adapter au réchauffement climatique »

Interview du Prix Nobel de la Paix : Jean Jouzel (climatologue Giec)
 

Quelles seraient les conséquences du réchauffement climatique pour la région Aquitaine et ses côtes ?

Une élévation moyenne d’une cinquantaine de centimètres du niveau, ce qui est envisageable avant la fin du siècle, auraient des conséquences importantes : cela ferait reculer le trait de côte de façon non négligeable dans certains endroits, notamment ici dans le bassin d’Arcachon. Après, cela dépend aussi de nombreux facteurs comme les dunes et les cordons dunaires. La montée de la mer s’ajoute aux phénomènes, plus locaux, d’érosions.
Les régions très plates sur les plages et à l’arrière seront évidemment plus touchées. Cela induira une salinisation des eaux, ce qui est très problématique pour l’agriculture.
 

Quelles sont les incidences sur le plan économique ?

Sur les aspects touristiques, une trentaine de jours de canicule serait problématique. A l’intérieur des terres on aura aussi un problème d’accessibilité et d’approvisionnement en eaux.
Les pratiques agricoles seront aussi impactées. Pour la viticulture, par exemple, on remarque pour l’instant que les vendanges sont plus tardives. Mais, à terme avec un réchauffement de 6 degrés, la vigne pourrait disparaître.
La difficulté d’accès à l’eau posera aussi beaucoup de problème, notamment pour les cultures irriguées de l’Aquitaine comme le maïs.
 

Comment agir pour les limiter ces conséquences ?

La meilleure des actions est une action à la source c’est à dire la diminution des émissions de gaz à effets de serre. Chaque région doit s’y engager.
Mais, quoi qu’il arrive, le réchauffement climatique sera d’au moins deux degrés.
Et, il faut donc absolument prévoir de s’y adapter ; même si on doit tout faire pour limiter son ampleur. Cela induit aussi de repenser la stratégie de développement aussi bien des villes que des campagnes.
Le plan de lutte contre les gaz à effet de serre et le plan d’adaptation au réchauffement devra être conduit au même moment et par les mêmes personnes. 

photo credit: byb64 via photopin cc

Alexandre Marsat

Voir son profil