Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Saint-Ciers-Sur-Gironde : Terre d’estuaire

Saint-Ciers-Sur-Gironde : Terre d’estuaire

Son passé géologique, ses fossiles, son port…Saint-Ciers-sur-Gironde nous dévoile tous ses secrets.

Article réalisé dans le cadre de "Sciences en collèges" par Julien Migas, Hugo Cours, Allison Toutard-Jalladeau, Sully Cornu du collége du "Val de Saye" de Saint-Yzan de Soudiac.

10 h du matin, place de l’église de Saint-Ciers sur Gironde. Nous pénétrons dans le musée archéologique. Derrière des vitrines, s’étalent des pièces de monnaies anciennes, des outils, des vases et toute une série de fossiles : oursins, dents, coquillages…Après ce premier aperçu des richesses archéologiques de la région, la visite se poursuit au centre du bourg de Saint-Ciers avec l’archéologue Didier Coquillas.

Tour à tour apparaissent dans ses mains divers objets anciens trouvés près de l’estuaire: un percuteur marteau et un poignard datant de 2000 av. JC, une hache de l’âge de bronze, des pièces gauloises, des pains de sel…Autant de témoignages qui racontent l’histoire de Saint-Ciers. Pour poursuivre ce voyage dans le temps, Didier Coquillas, au cœur de l’église de Saint-Ciers, sort cette fois de son portefeuille un sesterce de l’époque romaine puis dévoile des becs de vases en forme de trèfle datant de 60 à 120 av. JC « récupérés par des chasseurs dans une épave de bateaux non loin d’ici », précise-t-il.

De retour au musée archéologique, un atelier de géologie nous attend. Laurence Candon de l’association « Terre et Océan » dispose devant elle différents type de roche. Objectif ? Mieux nous faire comprendre l’évolution des paysages dans la région. Quelle surprise en apprenant qu’il y a 95 millions d’années, l’Aquitaine était entièrement recouverte d’eau !

Le musée archéologique de Saint-Ciers-sur-Gironde recèle plusieurs pièces de monnaie, vases, fossiles…trouvés dans la régionA travers le type de roches (calcaires argileux, calcaires coquilliers, graviers), on peut déterminer le type de milieux (continental, marin côtier, marin profond) et comment le trait de côte de l’Aquitaine a évolué

Des micro-organismes à la loupe

L’après-midi, la balade se poursuit autour d’un étang, près du centre sportif de Saint-Ciers. Pour nous faire découvrir les organismes vivants dans cet étang, les animateurs de l’association Terre et Océan distribuent des épuisettes. Débute la pêche aux « petites créatures » : planctons, copépodes, larves de libellules, amphipodes…que nous observons ensuite avec des loupes binoculaires avant de les reproduire en croquis.

Un autre atelier est programmé : tester cette fois la qualité de l’eau de l’étang pour voir si les zooplanctons peuvent y vivre. Les opérations et manipulations s’enchaînent : filtrage de l’eau pour éliminer les microparticules et les dépôts de vase et d’argile puis ajout d’une vingtaine de gouttes nitrate dans 50 millilitres d’eau pour voir si le taux de nitrate est élevé et si l’eau est polluée.

Dernière étape de notre voyage à travers Saint-Ciers : le port de Calonges. Après avoir longé de grandes prairies et des marais peuplés de canards sauvages, de moutons et de poneys, nous atteignons le port de plaisance de l’estey où surgit une vue magnifique sur l’estuaire, les carrelets et, au loin, sur l’autre rive, le phare de Trompeloup.

Vue sur l’estuaire depuis le port de Calonges