Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Le saviez-vous ?

Les butineuses

La science du miel

Pour tout savoir sur le miel, il faut être melissopalynologue. C’est-à-dire un spécialiste de l’analyse pollinique du miel. Chaque pollen étant différent, il est possible de savoir exactement de quoi chaque miel est composé. Cela permet de définir sous quelle appellation il pourra être vendu. Un seul laboratoire en Aquitaine est spécialisé dans le miel (Laboratoire Famille Michaud Apiculteurs) et sa responsable, Monique Morlot, est l’une des quatre membres français de l’IHC (International Honey Commission). C’est cette commission qui définit internationalement ce qui doit composer un miel monofloral et, tout simplement, ce qui a le droit de s’appeler « miel ».
 

Butinage à l’ancienne

La pollinisation existait déjà au crétacé inférieur (-100 à -146 millions d’années), dernière période d’existence des dinosaures. Deux scientifiques du Museum national d’histoire naturelle (MNHN/CNRS) ont découvert, prisonniers dans l’ambre, des insectes (des thysanoptères) recouverts de pollen. Ils estiment qu’ils le transportaient pour nourrir leurs larves, comme les abeilles actuelles dont les ancêtres sont apparus il y a un peu plus de 100 millions d’années. Ce sont les plus anciennes preuves de pollinisation. Les thysanoptères existent encore de nos jours : ils mesurent environ un millimètre et continuent, pour certaines espèces, à pratiquer la pollinisation.
 

Un institut pour l’abeille

L’abeille possède un institut: l’Itsap  Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation). Un organisme national qui regroupe une grande partie de ce que l’apiculture compte comme structures d’enseignement ou de recherche. Très orienté sur l’abeille en tant que productrice de miel, l’Itsap réunit tout ce qui peut concourir à préserver la santé de l’abeille et améliorer la qualité et la quantité de sa production.