Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Quand le Prix Nobel fait la lumière sur l'énergie noire

Quand le Prix Nobel fait la lumière sur l'énergie noire

L'expansion de l'univers s'accélère : cette découverte a valu le Prix Nobel 2011 de physique a trois scientifiques américains. Jonathan Braine en expliquera les tenants et aboutissants lors d'une conférence organisée par la Société Française de Physique ce mercredi 21 novembre

Travaillant à l'observatoire de Floirac, Jonathan Braine va expliquer pourquoi l'expansion de l'univers est plus rapide que prévue.Jonathan Braine est l'un des trois Américains présents à Bordeaux dans le domaine de l'astronomie. Un choix effectué en 1996 « parce que c'est ici que se faisaient les choses qui m'intéressaient. » Un choix personnel tout autant que professionnel. Recruté alors par le Conseil National des Astro-Physiciens, petit corps de l'éducation nationale qui lui offre le statut « d'astronome », il s'est spécialisé, au sein du Laboratoire d'Astrophysique de Bordeaux (CNRS / Université. Bordeaux 1) dans l'étude du milieu interstellaire, composé de gaz et de poussières dont sont formées les étoiles. Ce qui l'intéresse tout particulièrement, ce sont les conditions dans lesquelles le gaz atomique devient moléculaire puis forme une étoile. Ce phénomène de la création des étoiles (et donc des galaxies) est l'un des plus à même d'expliquer la formation de l'univers.

 

Un mystère, plus un autre

Il est donc à même de décortiquer la découverte qu'a récompensé le Prix Nobel 2011 ce mercredi 23 novembre 2011 à 18 h 30 à l’Université Bordeaux 1. Ce Prix Nobel a été remis à trois scientifiques qui ont montré que l'expansion de l'univers s'accélérait grâce à une énergie dont il reste à déterminer la nature. C'est le deuxième grand mystère de l'astronomie depuis qu'en 1937, on a trouvé qu'il « manquait » de la matière à l'univers. En gros, ce que l'on perçoit ne représente que 4 à 5% de la densité critique de l'univers. Le reste ? De la matière « noire », ou matière « manquante » dont on ne sait rien. Avec l'énergie « noire », découverte en 1998, c'est un deuxième mystère qui surgit. Une confirmation de la vocation de Jonathan Braine qui a choisi l'astronomie lorsqu'il était jeune parce qu'il avait « l'impression alors que c'était là qu'il y avait le plus de choses à défricher. »

Conférence organisée par la section aquitaine de la Section française de physique ce mercredi 23 novembre 2011 à 18 h 30 à l’Université Bordeaux 1, Amphi Rosalind Franklin, Bât A 22.

 

Photo credit: jimkster via photopin cc