Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Réfléchir à la maison qui pense

Un boitier à moins de 100 € pour tout interconnecter et une tablette pour commander à distance : la maison Phoenix a de l’avenir

Un boitier à moins de 100 € pour tout interconnecter et une tablette pour commander à distance : la maison Phoenix a de l’avenir

La domotique, la maison intelligente qui se commande du bout du doigt ou d’un coup de fil, c’était un des rêves de l’an 2000. En partie réalisable depuis longtemps d’ailleurs, si l’on peut y mettre les moyens. « Il y a un décalage entre ce que les gens veulent et ce qu’ils sont prêts à payer » souligne Benjamin Bertran. Avec l’équipe Phoenix de l’INRIA, c’est un de leurs angles d’attaque : le prix. Plutôt que d’imaginer des solutions avec des produits précis qui résolvent des problèmes spécifiques mais ne vont pas plus loin, ils ont fait avec ce qu’ils ont sous la main. Ou du moins, avec ce que de plus en plus de gens ont sous la main : smartphones, tablettes numériques, télévisions et webcam de base. Un plug PC, qui est en fait un mini-PC sous forme de boîtier, pour relier le tout et l’on peut alors allumer ou éteindre ses lumières à distance, détecter des intrusions, mettre en marche des machines…

Applications à foison

Les possibilités sont infinies et c’est ce qu’ils veulent : ils travaillent sur un langage informatique le plus simple possible de façon à ce que toute personne ayant des notions d’informatique puisse créer une application qui serait mise sur une plateforme commune et téléchargeable par tous les utilisateurs. Et, qui puisse aussi coordonner les protocoles des différents objets. Les opérateurs téléphoniques sont bien entendus sur le coup et Phoenix profite de l’émulation dans le secteur tout en collaborant avec Bouygues Telecom.
Moins rémunérateur mais aussi plus utile, ils travaillent aussi sur l’aide à distance aux personnes handicapées ou âgées. Sur la même base mais avec la nécessité de simplifier le plus possible et surtout, d’avoir des programmes solides, qui ne peuvent pas bugger. Un « appartement-témoin » sera bientôt testé sur le campus avec tous les équipements envisageables pour rendre le quotidien plus confortable plus longtemps.