Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Le virtuel comme si on y était

Une table, deux mains, et l’on peut manipuler des objets dans tous les sens. Et en 3D avec les lunettes

C’est une simple table sur laquelle est projeté le dessin d’une pièce. Avec des lunettes 3D, on peut choisir de s’y promener, agrandir un détail, changer de fauteuil d’une pichenette des doigts, s’éloigner, se rapprocher. Les mouvements de la main sont analysés par une simple caméra disponible dans le commerce, comme l’est le vidéo-projecteur. Au LABRI, on travaille à rendre accessible au plus grand nombre le monde la 3D interactive, notamment en perfectionnant les interfaces 2D. « Jusqu’à présent, la 3D grand public est réservée au cinéma ou aux jeux vidéos. On voudrait la répandre à d’autres utilisations. Mais pour cela, il faut savoir rendre ses interfaces attrayantes. » Alors, avant tout nouveau travail, Fabien Lotte et Martin Hachet, du labo Iparla, demandent au grand public les gestes qui lui sembleraient le plus naturel pour manipuler un objet. Ils le convertissent ensuite en un outil qui est de nouveau testé auprès des utilisateurs potentiels. Très clairement, il s’agit là d’applications destinées au domaine des loisirs ou de la création artistique.

Le cerveau pilote l’écran

Mais la réalité, fut-elle virtuelle, dépasse la fiction avec l’interface cerveau-ordinateur : un simple bonnet, aussi laid que ceux que l’on utilise pour la douche, couvert d’électrodes reliées à un ordinateur. Il capte une activité cérébrale simple et la traduit en mouvements d’un vaisseau spatial de « Star Wars » sur un écran. Pour l’instant, il se contente de saisir le mouvement, ou son intention, des bras et des jambes. Et encore, Fabien Lotte reste prudent : « Ce n’est pas fiable à 100%. Mais plus on est entrainé et mieux ça fonctionne. On voit même que moins un mouvement est facile à réaliser, plus il bien capté parce qu’il nécessite une plus grande activité cérébrale. » L’aide aux personnes handicapées pour des tâches simples sera sûrement la première utilisation mais « on est encore loin de pouvoir conduire sa voiture avec son cerveau. » Quant à devenir un chevalier Jedi…