Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

C’est pas du jeu

Avec un peu de réflexion, on peut gagner mais avec les maths, impossible de perdre

Avec un peu de réflexion, on peut gagner mais avec les maths, impossible de perdre

Qui n’a jamais rêvé d’avoir LE truc qui permet de gagner à chaque coup aux jeux de société ? Tous les mauvais perdants ont désormais une issue : les mathématiques. Bien sûr, ça ne couvre pas tous les jeux mais uniquement les « combinatoires », qui obéissent à un nombre précis de règles : pas de hasard, un nombre d’options finies, pas de droit de passer son tour… bref, les jeux de stratégie pure. Ça tombe bien, Paul Dorbec, maître de conférence en maths et informatique au LABRI, a ça dans sa valise. Distribution de damiers, de jetons bleus et rouges, quelques règles simples et les collégiens de Saint-Paul-lès-Dax sont priés de s’affronter. Bien contents d’échapper à un rude cours de maths, d’autant que Paul Dorbec a promis de donner à la finLE fameux truc qui fait gagner à tous les coups.

Dur d’être gagnant

Paul Dorbec, maître d'un jeu où les maths assurent la victoireJe ne suis plus collégien mais de la famille des mauvais perdants, alors forcément, ça m’intéresse. Sauf que le coup miracle nécessite quelques acrobaties. Car pour qu’une solution soit gagnante, il faut jouer symétriquement à l’adversaire en imitant ses coups. Pas très fair-play mais bon… Mais surtout, « si vous jouez un coup sans être sûr qu’il est gagnant, il y a de fortes chances pour qu’il soit perdant. » Allons bon, on met la pression maintenant. Et pour être certain de partir gagnant, il faut dessiner un tableau traduisant le jeu en solutions binaires : une solution est perdante si elle est égale à zéro en binaire. Ça va à peu près pour le jeu des allumettes avec deux tas de quatre allumettes à enlever à tour de rôle (et malheur au dernier qui ramasse) mais Paul Dorbec, spécialiste des jeux mathématiques, souligne que pour le Go, même les ordinateurs sèchent. Bon, je vais me remettre aux petits chevaux, c’est moins compliqué.