Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Instinct met la 3D au bout du doigt

Pour Martin Hachet, responsable du projet Instinct, « si la méthode d'interaction est mal conçue, les gens laisseront tomber, et le potentiel de la 3D ne sera pas exploité ». Photo Pierre Baudier

La 3D est bien plus qu'un gadget cinématographique. Le projet bordelais Instinct cherche à créer un moyen simple de manipuler les objets 3D

Ça ressemble à une borne de jeux vidéo. Et c'est presque aussi amusant. Il s'agit, avec un écran tactile, d'orienter un Bouddha ventru projeté en 3D sur une plaque de verre par un écran stéréoscopique situé au dessus d'elle. Amusant, mais pas facile. C'est là toute la difficulté du projet Instinct financé par l'ANR : trouver des méthodes simples, à destination du grand public, pour manipuler des objets virtuels en 3D. Cette borne est un des moyens de tester la capacité de tous à y parvenir. Pour Martin Hachet, qui dirige les travaux, «si la méthode d'interaction est mal conçue, les gens laisseront tomber, et le potentiel de la 3D ne sera pas exploité. »

Méthode universelle

Pour l'instant, ce sont sur les surfaces tactiles que se concentre Instinct. Parce qu'elles sont à la mode et simples à utiliser : « Mais en 3D, il faut trouver de nouvelles façons d'interagir. C'est difficile à concevoir : il faut comprendre jusqu'à quel niveau d'abstraction un utilisateur est capable d'aller, descendre à un niveau assez bas pour que tous puissent y arriver. » C'est là que le projet est doublement original : à la fois parce que contrairement à d'autres du même type, il cherche une méthode universellement applicable et pas seulement conçue pour un objet précis. Ensuite parce que, à travers la collaboration avec Cap Sciences qui permet aux chercheurs d'aller à la rencontre d'un large public, il se base sur l'observation des capacités des utilisateurs potentiels.

Actuellement, des pistes se dégagent : « Plutôt qu'un geste continu, il vaut mieux privilégier les gestes rapides et brefs, ainsi que des gestes plausibles dans le monde réel. » Instinct veut désormais chercher au delà du simple écran tactile en introduisant des variables comme l'orientation du doigt et sa force.

Au final, il s'agit de faire disparaître l'idée d'ordinateur pour commander le virtuel, au doigt et à l'œil.

Photo Pierre Baudier