Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Arcachon : le bassin transformé en étang ?

Arcachon : le bassin transformé en étang ?

Étonnamment, le bassin d'Arcachon reste un mystère. L'une des seules certitudes tient à son origine, voici 6 000 ans : la Leyre crée là un delta pour se jeter dans la mer. Et, il y a 2 000 à 2 500 ans, se forme le bassin dans la forme générale où on le connaît. Le delta est grignoté par l'océan qui avance vers l'est pour des raisons encore inconnues : soit son niveau a légèrement monté, soit le débit de la Leyre a diminué, voire s'est arrêté.

Et parallèlement, au nord, se développe une flèche sableuse qui n'existait pas, qui constituera la pointe du Cap-Ferret. Si l'on sait très bien ce qui l'a provoqué, en l'occurrence un apport de sable poussé par la houle qui est orientée au nord-ouest dans le Golfe de Gascogne, on ne sait pas pourquoi, tout le long de la côte du Médoc aux Landes, ce sable a fini par boucher les autres deltas au point de créer des lacs alors qu'ici, une ouverture s'est maintenue. Peut-être la Leyre avait elle un débit plus important que les autres fleuves même si, actuellement, son rôle est nul dans le maintien de la passe vers la mer, qui tient uniquement grâce à la force du courant.

Sables et anticyclones Toujours est-il que le bassin est créé et depuis il évolue constamment. On remarque sur les anciennes cartes que la pointe progresse ou reflue mais les raisons en sont floues et il est même possible que l'imprécision de la cartographie d'alors provoque cette impression. Pour Aldo Sottolichio, du laboratoire EPOC (CNRS/Bordeaux 1), « la flèche s'allonge quand il y a un gros apport de sable et diminue quand il y a une érosion. Tout est question d'équilibre entre la quantité de sable et la capacité des courants de la distribuer ».

D'autant que cette dérive littorale, qui dépend du nombre d'anticyclones formés dans l'Atlantique, est très différente d'un point à l'autre de la côte rappelle Philippe Bertrand, responsable du laboratoire : « Vers le Verdon, la côte a reculé de plusieurs centaines de mètres depuis le début du XX ème siècle ». Les changements climatologiques à venir ne devraient pas bouleverser la géologie du bassin malgré l'augmentation actuelle du niveau de l'océan de 3 millimètres par an. Pour les deux scientifiques, sa forme sera constante pour le siècle qui vient. Seule se poursuivra la constante migration des bancs de sable et des passes qui, actuellement, tirent vers le sud, érodant le littoral de ce côté. Mais là encore, les causes de ces changements sont inexpliquées et donc imprévisibles. EPOC espère lancer l'an prochain un programme de recherche sur l'évolution physique du bassin afin de résoudre ces énigmes.

 

Les cartes, illustrent bien l’évolution de l’ouverture du bassin et de ses passes


 

Epoc : Environnements et Paléoenvironnements Océaniques - http://www.epoc.u-bordeaux.fr/
Cartes : Photos Jean Luc Eluard // collection de l’UFR géographie de Bordeaux 3
Photos : Pierre Baudier

photo credit: Wanaku via photopin cc