Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Quand les anguilles se métamorphosent

Quand les anguilles se métamorphosent

Le soleil s’est couché il y a plus d’une heure sur le bassin d’Arcachon. Non loin de là, sur le canal de Lège, les pibales profitent de la marée pour remonter le cours d’eau jusqu’aux étangs du littoral girondin, où elles s’engraisseront pour devenir anguille. Juché sur son pitt (1), le pêcheur attend les pibales car les marées d’équinoxes représentent un pic dans la période de migration des alevins d’anguilles appelées communément civelles ou pibales au sud de la Loire.

Fainéantes les pibales ? Il faut dire qu’après leurs éclosions en pleine mer des Sargasses au nord-est des Antilles les larves d’anguilla anguilla, les leptocéphales (feuille de saule), mettent jusqu’à trois années pour rejoindre les cours d’eau douce européens ou nord-africain, en étant « portées » par le Gulf stream. Elles ont accompli leur première métamorphose en arrivant près des côtes passant de leptocéphale à pibale.

Cette première migration n’est pas tout à fait achevée. Elles remonteront dans les jours à venir les rivières, parfois loin en amont. Et, celles du Canal de Lège pourront se mouvoir dans les prés salés par reptation sur des végétations humides grâce au mucus qui recouvre leur corps. Arrivées dans leur habitat d’eau douce, elles commencent leur troisième métamorphose en devenant anguille jaune. Elles grandiront en se nourrissant principalement de vers, de crustacés et de petits poissons pendant une dizaine d’années. Devenue mature, elles se transformeront une dernière fois : les yeux s’agrandissent et surtout elles deviendront argentés. Mâles et femelles arrêteront alors de se nourrir et commenceront leur dévalaison en automne, profitant des crues, jusqu’à l’océan pour frayer dans la Mer des Sargasses, lieu de leur naissance.

Chaque femelle peut déposer plusieurs millions d’œufs. Alors, les larves entreprendront leur première migration, jusqu’aux rivières de leurs aînés…

Pour plus d’informations :
http://reserve-naturelle-pres-sales.org/Un-grand-chantier-l-enlevement-des.html
http://www.aquitaine.pref.gouv.fr/informez/lettre/1207/civelle_lettre13_1207.pdf
 



(1) Le pitt est une sorte de ponton aménagé le long de la berge et surélevé avec des sacs de coquilles d’huîtres, où prend place le pêcheur pour déployer ses filets, de novembre à mars (selon les marées). Cette pêche est devenue très encadrée et réservée aux pêcheurs professionnels en 2007 pour maintenir et protéger les populations d’anguille dont tous les indicateurs montrent qu’elles sont en baisse significative. Les spécialistes expliquent que les populations ont été divisées par 10 en 20 ans et que l’on observe une accélération de cette baisse.


Reportage photo : Pierre Baudier

Alexandre Marsat

Voir son profil