Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Quiz « Archéologie »

Quiz « Archéologie »

 

 

 

 

Réponses et compléments d'informations

1 - L'archéologie est l'étude du passé. Est considéré comme « passé » :
Réponse : toutes les périodes de la préhistoire, jusqu'à notre époque.

L'archéologie peut intervenir dans toutes les périodes. On connaît bien les chantiers s'intéressant à la Préhistoire ou aux grandes civilisations comme les Egyptiens, mais il y a eu des fouilles plus récentes concernant par exemple des charniers de la première guerre mondiale.

2 - Aujourd'hui, l'archéologie, considérée comme une science humaine est de plus en plus en relation avec les sciences dites dures comme la physique. En quoi l'assistent-t-elles ?
Réponse : pour dater les objets, pour comprendre comment se sont formés les sites archéologiques et pour comprendre la nature des vestiges.

L'archéologie a besoin des sciences dures pour lui donner les informations nécessaires à l'interprétation des sites. La datation nécessite des méthodes physiques basées par exemple sur la désintégration du carbone 14, mais aussi sur des techniques moins connues comme la thermoluminescence. La formation des sites fait appel à la géologie et plus particulièrement au sédimentologue. La nature et les méthodes de fabrication des objets seront révélées par des analyses chimiques, des radiographies, des protocoles expérimentaux de reconstitution de l'objet (succession des gestes...)

3 - Que signifie le terme d' « archéologie préventive » ?
Réponse : l'archéologie préventive permet d'intervenir sur des sites archéologiques menacés par la réalisation de travaux.

L'archéologie préventive a pour rôle la sauvegarde et l'étude des sites archéologiques menacés par des travaux d'aménagement. Elle intervient en général avant les travaux par des sondages diagnostics permettant d'évaluer l'étendue des sites et leur richesse. Le travail de fouilles qui s'en suit généralement, est effectué dans un délai imparti et financé par l'aménageur.
Cette fouille « de sauvetage » s'oppose aux fouilles programmées de sites non menacés qui font l'objet de campagnes de fouilles réparties sur une durée de trois renouvelables.

4 - Comment les sites archéologiques sont-ils le plus souvent découverts par les archéologues ?
Réponse : par le hasard et la chance et par la prospection de surface.

C'est souvent par hasard que les sites apparaissent aux archéologues notamment lors de travaux dont l'emprise sur le sous-sol est importante. La prospection de surface permet aux archéologues d'explorer des secteurs à la recherche d'indices de traces laissées par nos ancêtres, pour cela ils s'aident des archives (aussi loin qu'elles aient pu être conservées !), ils vont souvent quadriller les champs fraîchement labourés pour si les socs des engins agricoles n'auraient pas remonté quelques vestiges.
En ce qui concerne les cartes, ce serait évidemment bien mais ce sont vraiment des cas exceptionnels pour les époques historiques et complètement impossibles pour les périodes préhistoriques auxquelles l'écriture n'était pas en usage.

5 - Est-il possible de découvrir des sites archéologiques depuis le ciel ?
Réponse : oui pour des structures de grande ampleur.

En effet il est possible de découvrir des vestiges depuis les airs, on appelle cela la prospection aérienne.
Bien que les vestiges soient enfouis, ils peuvent être remarqués par les effets qu'ils induisent sur le sol. Par exemple, un mur constitué de pierre laissera passer l'eau qui ira préférentiellement dans la terre l'entourant ainsi la terre apparaîtra plus sombre vu du ciel car elle sera plus humide qu'à l'emplacement du mur. Ainsi les vestiges se dessinent littéralement sur le sol. Seulement cela ne fonctionne que pour des murs, des chemins, des structures funéraires (tumulus)... mais pas pour de petits objets.

6 - Qui a le droit de faire des fouilles ?
Réponse : les archéologues qui ont reçu l'autorisation de l'Etat pour le faire après validation de leur dossier de demande.

Faire des fouilles ne s'improvise pas et il faut respecter les cadre législatif. Un archéologue n'est en mesure de conduire une fouille que s'il a déposé un dossier de demande et que ce dossier a été validé par les représentants de l'Etat (Service de l'archéologie. Quiconque d'autre n'a pas le droit de fouiller même dans son propre jardin (loi de 1941).

7 - Que dois-je faire si je trouve beaucoup de vestiges archéologiques en creusant un trou pour planter un arbre ?
Réponse : J'arrête de creuser, je laisse tout en l'état et je préviens le maire de la commune.

En effet si beaucoup d'objets archéologiques apparaissent il est préférable d'arrêter de creuser et de prévenir le maire de la commune de sa découverte. C'est une obligation imposée par la loi relative à l'archéologie qui date de 1941.

8 - En archéologie, les archéologues repèrent la stratigraphie, empilement des différentes couches de sol. La plus ancienne couche est-elle :
Réponse : la plus profonde ?
En effet, si la stratigraphie n'a pas été bouleversée, la couche la plus ancienne se trouve être la plus profonde.

9 - Sur un chantier de fouille, on voit toujours des quadrillages qui découpent le terrain de recherche. A quoi servent-il ?
Réponse : il sert à repérer tous les vestiges qui seront découverts et les inscrire sur un plan.

La fouille est un processus destructeur, il est donc indispensable de conserver une trace de la répartition des vestiges sur le site : position relative et coordonnées dans le plan et l'espace (profondeur). Ces données associées aux notes prises par les fouilleurs, aux photographies et aux relevés des stratigraphies seront les seuls témoins de ce qui a été fouillé. Si les informations n'ont pas été relevées : il n'y a pas de deuxième chance...

10 - Sur un chantier de fouilles, interviennent de nombreux spécialistes, comment s'appelle celui qui s'occupe de l'étude des charbons ?
Réponse : l'anthracologue

L'anthracologue étudie les charbons, leur étude sert à reconstituer les environnements du passé. Le palynologue a en charge l'étude des pollens des plantes qui serviront aussi à reconstituer l'environnement. Quant à l'anthropologue, son domaine d'étude est l'homme : son évolution, ses maladies, son traitement funéraire...