Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Un cube tactile pour manier la réalité virtuelle

En commercialisant sa toute dernière création début novembre, le Cubtile, la société bordelaise Immersion vient encore de réussir le difficile pari de rendre le virtuel plus réel. On pourrait même dire plus palpable. « On est parti de notre technologie tactile existante, la table Ilight, pour développer un nouveau produit de réalité augmentée encore plus performant », explique Jean Baptiste de La Rivière, responsable du pôle recherche et développement. « Nous avons décidé de nous lancer dans la table tactile car c’était un outil collaboratif, intuitif que nous devions maîtriser. Et pour cela, on a voulu développer nous-même nos propres logiciels et nos algorithmes. Ce sont les mêmes que nous utilisons sur le cube tactile mais la grande nouveauté réside dans le fait que l’on peut visualiser en 3D l’objet et surtout lui donner une rotation en utilisant les cinq faces tactiles du cube. » Sans compter les nombreuses améliorations du procédé : rapidité, robustesse, maniabilité…

Et le résultat est bluffant : très intuitif, le cubtile permet de se saisir d’un objet et de le manipuler en le bougeant dans l’espace : on peut renverser une sculpture comme si on l’avait entre les mains, utiliser la vision 3D de google earth, modifier l’angle de vue d’une pièce… Le mouvement des doigts est analysé par un logiciel puis un algorithme très performant interprète les informations instantanément et les projette.

Si le cubtile paraît très ludique, il est avant tout destiné aux professionnels pour qui il a une application essentielle : « on projette une maquette en 3D du produit et on peut interagir dessus, le tout devant les autres collaborateurs. Avant, pour manier une image 3D, il fallait connaître toutes les manipulations de l’ordinateur. Aujourd’hui avec cette solution tactile très intuitive, un décideur peut se saisir du produit, en faisant participer son équipe. On est au cœur du collaboratif. »

Alexandre Marsat

Voir son profil