Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Trois ans de recherche pour une wax révolutionnaire

Trois ans de recherche pour une wax révolutionnaire

« La wax des planches de surf n’a pas évolué depuis 30 ans » explique Damien Houques, installé sur un promontoire de Biarritz qui domine la Côte des Basques, où en ce début de septembre les touristes ont fait place libre pour les surfeurs.

Ancien salarié de Décathlon, passionné de surf depuis toujours et voulant se lancer dans la création d’entreprise autour d’un nouveau produit, son choix s’est tout de suite porté sur la wax : « il était évident que l’on pouvait améliorer ce consommable essentiel à la pratique du surf puisque personne ne s’était penché dessus, certainement du fait de sa faible valeur ajoutée. Pourtant, c’est l’interface entre le surfeur et sa planche. Sans wax, le pied n’accroche pas à la planche et les mouvements seraient impossibles, c’est une sorte d’antidérapant. En tant que praticien, j’attendais beaucoup d’une nouvelle wax ».
Des attentes rapidement confirmées par une étude auprès d’un panel de 250 surfeurs, réalisée avec Clément Desbordes, un stagiaire devenu son associé. « Nous nous sommes fixés comme objectifs d’améliorer l’accroche et la longévité de la wax, sa qualité d’application, sa résistance à la chaleur, et une restitution parfaite de l’énergie impulsée dans les manœuvres. »

Incubée à l’Estia, l’entreprise de Damien Houques, Natural Technology (1), a été appuyée par deux élèves-ingénieurs qui ont effectué des analyses fines des pressions subies par la planche selon les types d’appui des surfeurs en plaçant des capteurs sur la planche et en observant les figures avec la vidéo. « La pression des appuis oscille entre 2,5 et 50 newtons par centimètres carrés, nécessitant une wax suffisamment visqueuse pour absorber la pression et restituer l’énergie impulsée à la planche mais pas trop pour ne pas se déformer. Je voulais comprendre le fonctionnement du produit pour mettre au point une nouvelle formule la plus adaptée à la pratique ».

Pour cela, Damien Houques a travaillé avec le centre de recherche Rescoll (2) sur la composition de la wax. Cette nouvelle wax a nécessité trois ans de recherche et l’élaboration de 256 formules dont la dureté, le point de fusion, l’adhérence et la mécanique dynamique ont été testées.
Disponible depuis le mois d’août en quatre formules, pour s’adapter au plus près à la température de l’eau, cette nouvelle wax possède un point de fusion à 70°C contre 45°C pour les autres. Un avantage qui fait mouche chez les surfeurs, régulièrement excédés de voir leur wax fondre au soleil ou pire dans leur voiture.
Pour Damien Houques, il était aussi important d’en faire un produit écologique : « la wax étant constituée de cire et d’huile, nous avons décidé de n’utiliser que des produits végétaux à l’inverse de la plupart des autres wax qui sont issues de la pétrochimie. De plus, c’est la première wax fabriquée en Europe, dans la Loire. Un véritable atout auprès des surfeurs très sensibles à la protection de l’environnement. » D’ores et déjà, plusieurs surfeurs reconnus l’utilisent.

(1) www.greenfix.fr

(2) www.rescoll.fr

Photo AM

photo credit: geezaweezer via photopin cc

Alexandre Marsat

Voir son profil