Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Une levure pour augmenter la production de bio-éthanol

Une levure pour augmenter la production de bio-éthanol

« On a fait la découverte un peu par hasard, alors qu’on travaillait sur le processus de mort cellulaire provoquée dans une levure où l’on avait introduit un gène humain transformé », raconte Stéphen Manon chef de groupe à l’IBGC (1) dont les recherches portent essentiellement sur le cancer. Un hasard qui a permis d’observer que la levure ainsi créée résistait à une quantité d’éthanol deux fois supérieure à celle tolérée par une levure normale. « La production de la protéine (nommée Bax) à partir de son gène permet de stabiliser la résistance de la levure à l’éthanol ».

Stéphen Manon explique : « La levure transforme le sucre en éthanol mais au-delà d’une certaine concentration d’éthanol (20%) elle commence à mourir, ce qui limite le rendement de production d’éthanol. Cette production est donc chère et il faut de grandes quantités de végétaux (maïs, betterave, …) pour en produire. C’est donc, à l’heure actuelle, un produit peu écologique, sans parler des problèmes alimentaires. Notre levure, elle, permettrait un doublement du rendement. »

Stéphen Manon s’empresse de préciser : « si éthiquement et légalement, on ne peut pas breveter un gène humain, c’est un formidable outil pour comprendre comment la levure résiste à l’éthanol. » Les débouchés industriels dans le domaine des biocarburants peuvent être énormes. Aidé par Aquitaine Valo (2), Stéphen Manon cherche des entreprises qui souhaiteraient exploiter sa découverte. Et déjà, une entreprise canadienne a pris contact avec le chercheur.

(1) Institut de Biochimie et Génétique Cellulaires (CNRS)
(2) http://www.aquitaine-valo.fr/

Légende photo : La coloration verte visualise les mitochondries, qui sont les "centrales énergétiques" de la cellule et qui sont abimées par l'éthanol, comme on le voit dans la deuxième image. La troisième image représente des levures produisant Bax et traitées par l'éthanol: les mitochondries restent intactes comme dans les levures témoins.

Alexandre Marsat

Voir son profil