Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Quand les maths et l’informatique mixent de la musique

Quand les maths et l’informatique mixent de la musique

Depuis sa création en janvier 2008, la société Iklax multiplie les bons coups. Créateur du format de musique multipiste et interactive Iklax téléchargeable sur Iphone depuis janvier 2009, la jeune entreprise de Bidart a franchi une nouvelle étape le 20 juillet dernier avec le lancement sur leur format de « Space Oddity » de David Bowie, en partenariat avec EMI, la plus importante des majors.
Si Iklax media offrait déjà la possibilité de remixer des titres d’artistes célèbres comme Bob Sinclar, ce morceau de David Bowie connu dans le monde entier et par toutes les générations, sorti en juillet 1969 pour célébrer la conquête de la Lune, leur ouvre les portes d’un marché planétaire.

Owen Lagadec, pdg d’Iklax Media explique le principe de son logiciel : « il repose sur notre format de musique appelé Iklax qui regroupe tous les fichiers d’un morceau de musique avec les différentes pistes car il faut savoir que les artistes enregistrent leur titres en séparant chaque instrument et la voix du chanteur. Le son est un entrelacement de plusieurs flux audio qui font des sinusoïdes. Notre format synchronise en un même endroit toutes ces données. Cela permet après de pouvoir mixer soi-même les pistes d’un titre individuellement ou d’isoler les instruments pour en apprécier la qualité » Voix, guitare, violons, orgue, drums et bass, les amateurs de musique peuvent mixer leurs propres versions et les sauvegarder.
Owen Lagadec est loin de jouer aux apprentis sorciers musiciens , lui-même passionné il s’enthousiasme : « c’est fabuleux de pouvoir écouter la voix de son artiste ou ses instruments et donc de se rendre compte de la qualité de sa maîtrise. Cela valorise le travail des artistes et les majors qui connaissent notre logiciel sont toutes séduites. »

L’entreprise incubée par l’Estia puis par l’Incubateur régional d’Aquitaine a travaillé la technologie du format Iklax avec des chercheurs du Laboratoire bordelais de recherche informatique (Labri) notamment pour intégrer plusieurs contraintes au logiciel comme l’impossibilité d’éteindre la voix ou l’interdépendance de deux instruments.
Et ce système ne se limite au simple plaisir de mixer ses morceaux de musique : « Il y a aussi une vertu pédagogique. On peut faire des exercices de reconnaissance d’instruments en les isolant pour mieux les distinguer. De même, pour reproduire un morceau de guitare, on peut l’isoler et apprendre les notes. »

Photo Alexandre Marsat

Alexandre Marsat

Voir son profil