Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Un appareil de précision pour le séchage des pruneaux

Un appareil de précision pour le séchage des pruneaux

« Le pruneau est séché par le producteur pour des questions de conservations puis il est réhydraté à 35% par le transformateur avant la vente. Le tout pour répondre à la réglementation de l’appellation IGP (Indication géographique protégée) Pruneau d’Agen. On comprend alors l’intérêt de connaître précisément quel est le taux d’humidité du pruneau », explique Stéphane Chanthapanya, dirigeant d’Isinov, société spécialisée en veille technologique. Or, la plupart des producteurs estiment le séchage du fruit en se basant sur leur expérience, ou comme les transformateurs ils utilisent un appareil américain des années 60, robuste mais difficile d’utilisation.

Stéphane Chanthapanya et Jean-Louis Miane présentent leur boîtier commercialisé sous le nom d’Humifruit.« Le Bureau national Interprofessionnel du Pruneau (Bip) m’a alors contacté pour trouver un procédé plus rapide et moderne » raconte Stéphane Chanthapanya. Il s’est donc tourné vers la cellule A2M-IMS Transfert de l’Université de Bordeaux I où il a rencontré Jean-Louis Miane, enseignant-chercheur et Fabrice Bonnaudin, ingénieur. Les deux chercheurs ont alors imaginé un concept performant appelé Humifruit qui calcule instantanément, grâce aux micro-ondes, le taux d’humidité du fruit. Jean-Louis Miane explique le principe : « Une onde à haute fréquence se propage et va se réfléchir à l’extrémité d’une sonde piquée dans un pruneau. En fonction du milieu (plus ou moins humide), la réflexion de l’onde est modifiée. On utilise donc ce phénomène de réflexion pour faire nos mesures sur des matériaux ». Cerise sur le pruneau, le taux d’humidité est alors immédiatement indiqué à l’utilisateur sur l’écran du boîtier.
L’appareil, portatif, facilement maniable et précis a séduit le Bip.

Les trois hommes ont donc déposé un brevet et créé une entreprise « Imiwave Technologies», le 11 août dernier. Ils ont fabriqué une dizaine d’appareils et espèrent rapidement commercialiser leur invention auprès des producteurs de tous les fruits séchés mais aussi se tourner vers d’autres marchés porteurs comme l’agroalimentaire, l’industrie pharmaceutique et cosmétique, où la mesure du taux d’humidité pourrait permettre d’améliorer la qualité des produits ou de fiabiliser le processus de fabrication.

(1) La cellule de transfert A2M (Atelier Matériaux et Micro-ondes) est rattaché à l’IMS (Intégration du Matériau au Système)/ Bordeaux 1

photo credit: eLaboureur via photopin cc

Alexandre Marsat

Voir son profil