Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Première lumière du satellite GLAST

Les premiers résultats sont très prometteurs. La toute première image de ce programme, dévoilée le 26 août, est une vue du ciel montrant le gaz brillant de la Voie lactée, des pulsars clignotants et une galaxie située à des milliards d'années lumière particulièrement lumineuse en raison d'un épisode d'activité intense.
Cette image est une révolution pour l’observation spatiale. Elle combine en effet seulement 95 heures de l'observation dite de « première lumière » alors qu’une image similaire produite par le précédent satellite de la NASA, CGRO (Compton Gamma-Ray Observatory), avait demandé des années d'observation.
Ces prises de vue sont possibles grâce à deux instruments que les scientifiques ont testé et calibré après le lancement de Glast : le LAT (Large Area Telescope) et le GBM (GLAST Burst Monitor).
Glast doit détecter les évènements les plus violents de l’Univers et les scientifiques espèrent qu’il découvrira de nombreux autres pulsars dans notre Galaxie, qu'il révélera de puissants phénomènes aux abords des trous noirs supermassifs au cœur de milliers de galaxies actives et qu'il permettra la recherche d'indices de nouvelles lois physiques.
L’aventure de ce satellite, qui devrait durer dix ans, en est seulement à ses débuts.

Glast, rebaptisé le « Fermi Gamma-Ray Space Telescope », est développé par la NASA avec d’importantes contributions internationales. Côté français, cinq équipes y participent dont le CENBG : Centre d'études nucléaires de Bordeaux-Gradignan (CNRS/Université de Bordeaux 1).

 

Photo credit: makelessnoise via photopin cc