Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Mieux évaluer des agents génotoxiques sur l'ADN

Mieux évaluer des agents génotoxiques sur l'ADN

Afin de déceler les différentes anomalies susceptibles d'être induites au niveau de l'ADN par des agents dits génotoxiques (tabac, virus, pollution, UV, etc.), le test du micronoyau est largement utilisé. Il permet de mettre en évidence à la fois les mutations chromosomiques (cassure), et les mutations génomiques (perte de chromosomes).
L’innovation ATOXIGEN vise à optimiser ce procédé grâce à une automatisation informatique par un logiciel d'analyse d'images cellulaires.

Initié par Saadia Berrada, docteur de l'Université Bordeaux 2, et François Pellegrini, enseignant chercheur à l'ENSEIRB, ce système autopiloté permet une réduction du temps d'analyse d'un facteur de 2 à 4, mais également le passage en routine des tests, une meilleure fiabilité de comptage, une saisie automatique des résultats, et enfin, une réduction des coûts. Soutenu par l’IRA (1), et conduit en partenariat avec l'Institut des Sciences Moléculaires (ISM) et le Groupe de Physico et Toxico-Chimie de l'Environnement (LPTC) (2), le projet d’entreprise ATOXIGEN a pour but de commercialiser des kits de tests, et de développer à terme un modèle de plateforme innovante et compétitive au niveau international.

(1) Incubateur Régional d’Aquitaine
(2) Université Bordeaux 1 / CNRS

Crédit photo : M. Kirsch-Volders

photo credit: Vincenzo_1949 via photopin cc