Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Piqûre de méduses : surtout pas d’urine et évitez les autres légendes urbaines

A la veille d’aller plonger dans les vagues la tête la première, vous pensiez avoir découvert LA solution contre les piqûres de méduses. Aussi dégoutante qu’efficace : l’urine à appliquer sur la brûlure provoquée par le contact avec la belle des océans. Et la patatras, la science ramène sa fraise pour dire que l’urine n’est en rien efficace. 

Piqûre de méduses : surtout pas d’urine et évitez les autres légendes urbaines

Tout un monde qui s’écroule, et des légendes urbaines qui se raréfient … On le doit aux scientifiques de l’Université de Hawaï qui ont passé au crible plus de 2000 études scientifiques pour démêler le vrai du faux, les bonnes astuces de grand-mère ou les mauvais conseils. Les résultats publiés dans la revue scientifique Toxins détaillent l’attitude à avoir si une méduse vient à se frotter contre vous avec ses épines urticantes.

Et donc le conseil le plus connu tombe à l’eau : au lieu de l’urine, il faut appliquer de l’eau chaude. Et oui appliquer de l’eau chaude sur une piqûre qui brûle ne va pas de soi. Comme l’explique le docteur Christie Wilcox, l’une des auteure de l’étude, dans la présentation à la presse : « De nombreux sites Internet, même sérieux, conseillent d'appliquer de l'eau froide ou de la glace sur la plaie, car les gens pensent que le contraste soulagera la piqûre qui, elle, est brûlante. Or de nombreuses études s'accordent sur la nécessité de recourir à de l'eau chaude, entre 40 et 50 °C. »

Pour le reste, il faut comprendre le fonctionnement et les effets de la piqûre de méduse.

Comme l’expliquait le Flâneur des sciences : « La méduse ne pique évidemment pas l’homme pour le plaisir. Cet animal, constitué de 98 % d’eau, se défend ainsi de ses prédateurs et capture ses proies. Les longs filaments de la méduse, appelés cnidocytes, libèrent au moindre contact des épines urticantes contenues dans des capsules. Les physalies, cousines des méduses, ont la même défense. »

Le premier conseil est donc d’enlever une à une les épines de la méduse qui ont pénétré votre épiderme avec une pince à épiler. Vous comprendrez qu’il vaut mieux éviter le conseil du passage la carte bancaire sur la peau, à moins de chercher à ne plus pouvoir les enlever ensuite…

Tant qu’au vinaigre et à l’urine, demandez-vous si vous le feriez sur une plaie… Si vous ne croyez pas l’étude scientifique d’Hawaï, vous risquez l’infection avec l’urine (même si c’est la vôtre, bien sûr !)