Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

D’où viennent les bleus ?

C’est un peu la couleur des maladroits : un coup par-ci, un coup par-là, et on trimballe une collection de bleus, ecchymoses de leur petit nom.

D’où viennent les bleus ?

FLÂNEUR DES SCIENCES

Une ecchymose est le résultat de l’éclatement des petits vaisseaux situés immédiatement sous la peau, les capillaires. Mais comme la peau n’est pas endommagée, le sang resté bloqué dessous apparaît bleu. Drôle de couleur alors qu’a priori, sauf si l’on est des petits bonshommes qui vivent dans des champignons, notre sang est rouge. Rouge vif lorsqu’il est oxygéné, rouge sombre lorsqu’il ne l’est pas. Ce phénomène est dû à la filtration des longueurs d’onde de la lumière par la peau : la longueur d’onde du rouge est la plus filtrée. Donc, sous la peau, c’est bien rouge mais ça apparaît bleu à l’oeil, tout comme cela se produit avec les veines.

Quelque temps après un choc, le beau bleu du début, bien net, va virer au violet bizarre puis au jaune pas sain. Cet arc-en- ciel du plus bel effet est dû à la dégradation de l’hémoglobine, qui donne sa couleur au sang. Très rapidement, les globules blancs, qui nettoient le corps de tout ce qui traîne, vont s’attaquer à ce caillot sanguin pour l’éliminer. L’hémoglobine va être divisée en deux : l’hème et la globine, et perdre un peu sa couleur rouge. On vire au violacé avant que le fer contenu dans l’hème disparaisse pour créer de l’hémosidérine et passer au marron-jaune. Puis au vert avec la transformation de l’hème en biliverdine, et enfin au jaune quand celle-ci devient de la bilirubine. Après, on n’en parle plus.

Nous ne sommes pas tous égaux devant les coups : certains font un bleu immédiatement alors que d’autres, non. Globalement, les femmes et les blonds y sont plus sujets que les autres, parce que leur peau est plus fine et protège moins les vaisseaux sanguins. Encore un malheur pour les blondes… Les personnes âgées aussi, qui ont une peau plus fragile. Mais d’autres facteurs entrent aussi en ligne de compte : une carence en vitamine C qui, comme pour le scorbut, provoque des saignements, et donc des ecchymoses. Ou encore la p ise d’aspirine, qui est un antiagrégant et empêche le sang de coaguler rapidement. Davantage de sang se répand donc et le bleu est plus gros, ou apparaît là où il serait resté invisible. D’ailleurs, si vous voulez diminuer immédiatement l’ampleur du bleu, il faut passer du froid à l’endroit du coup pour faire se rétracter les vaisseaux sanguins. On peut aussi faire un peu attention, mais ça, on a déjà dû vous le dire quand vous étiez petit.

 

Chronique réalisée en collaboration avec le Mag de Sud Ouest. http://www.sudouest.fr/lemag/