Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Néandertal a laissé d'étranges structures souterraines

GROTTE BRUNIQUEL : La découverte de structures néandertaliennes dans la grotte du Tarn-et-Garonne bouleverse encore un peu plus l'idée qu'on se fait de l'homme de Néandertal. Elles sont parmi les plus anciennes du monde. Néandertal maîtrisait le feu !

Néantertal a laissé d'étranges structures souterraines

Quatre-cents tronçons de stalagmites, découpés pour faire à peu près à la même taille, disposés en ronds d'une superficie de 25 mètres carrés environ, en plein milieu de la plus importante des grottes de Bruniquel et là où le sol est le plus plat : voici ce qu'on découvert ce mois de juin 2016 une vingtaine de chercheurs internationaux dont plusieurs bordelais dans cette cavité du Tarn et Garonne qui surplombe l'Aveyron.

 

Ces formations étaient connues mais on n'avait pas réussi à les dater avec précision. C'est désormais chose faite avec une nouvelle technique, celle de l'uranium-thorium qui permet d'évaluer leur construction à 176 500 ans, soit bien avant l'arrivée de l'Homo Sapiens en Europe (-40 000 ans).


 

 

C'est la première fois qu'on a la preuve formelle que Néandertal a bien fréquenté le monde souterrain, ce qui implique « d'avoir un éclairage fiable, constant, qu'on est capable de rallumer. Pour pénétrer aussi profondément, il faut s'affranchir des aléas techniques. Néandertal ajoute une ligne intéressante à son palmarès, » souligne Jacques Jaubert, du laboratoire PACEA.
Car on est là à 336 mètres de l'entrée de la grotte, dans le noir complet. Jusqu'à présent, on doutait encore de la capacité du Néandertal à maîtriser le feu. La preuve est d'autant plus formelle que des traces de combustion ont été repérées sur tout le pourtour de la structure, désormais recouverte d'une couche de calcite déposée par le temps.

Du feu entretenu par des os, « une technique connue : l'os prend plus mal que le bois mais il peut couver pendant des heures. » et permettre ainsi aux constructeurs de ne pas tomber en panne de lumière.

 

L'homme de Néandertal n'aura donc bientôt plus rien à envier à son cousin Sapiens : « Le bilan s'équilibre ». De plus en plus, Jacques Jaubert estime qu’« il y a environ 200 000 ans, on a affaire à deux humanités distinctes : l'Homo Sapiens en Afrique de l'est et Néandertal en Europe. Il est intéressant de constater que presque en même temps, il y a une mise en place d'inventions, d'acquisition de techniques, de modes de vie, de symboliques, d'esthétiques assez semblables. Les deux humanités ont progressé parallèlement et comparablement. »

 

Reste à déterminer l'usage des structures découvertes mais « on peut juste dresser une liste d'hypothèses » : aménagement technique pour retenir de l'eau ou parquer des animaux, fonction domestique d'habitation « mais pourquoi si profondément ? » ou même « quand on ne sait pas, on dit que c'est cultuel. »  

Les travaux de recherche se poursuivront en septembre 2016, notamment pour trouver d'éventuels objets. Mais la grotte sera bientôt classée, limitant les possibilités d'intervention. Les plus anciennes structures du monde vont encore faire réfléchir Sapiens.