Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Les scientifiques français obtiennent la palme du ridicule aux IG Nobel 2017

La France a brillé au dernier palmarès des IG Nobel, ces anti-Nobel dont les prix récompensent les recherches les plus farfelues. Le classement est de haute tenue.

Pensez dont… l’an dernier ont été distingués pêlemêle Volkswagen en chimie pour le dieselgate ou encore un biologiste qui s’est mis à marcher à quatre pattes plusieurs jours comme les chèvres et à manger de l’herbe.

Cette année avec deux titres sur les dix décernés, les scientifiques français se sont démarqués dans cette compétition aussi « loufoque » que « marrante » où les scientifiques n’hésitent pas à se mettre en scène car, comme le dit le slogan, ces études « font d’abord rire, puis réfléchir ».

Et on se demande bien à quoi réfléchissait Marc-Antoine Fardin en se demandant si « un chat peut être considéré à la fois comme un solide et liquide ? »  La dynamique des fluides apportent une étude finalement très sérieuse.

Le deuxième prix français a été attribué à toute une équipe de neuroscientifiques de Lyon et de Paris qui ont étudié pourquoi certains français fuient le fromage qui pue. L’étude a été récompensée pour « l’utilisation de technologies avancées d’imagerie cérébrale pour mesurer à quel point les personnes dégoûtées par le fromage sont dégoûtées par le fromage ». Cela leur a valu l’IG Nobel de médecine.

Bravo à eux…