Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Les chercheurs démentent la « règle des 5 secondes » pour les aliments tombés par terre…

Eh oui ! L’actualité scientifique de la semaine va mettre fin à la règle des cinq secondes.

Les chercheurs démentent la « règle des 5 secondes » pour les aliments tombés par terre…

Vous n’en avez jamais entendu parlé ? Vous êtes sauvés. Selon une légende urbaine, un aliment tombé par terre ne serait pas contaminé si vous le récupérez rapidement, soit avant qu’il ne passe cinq secondes par terre.

Voilà voilà… Votre glace tombe dans le caniveau, votre tartine se mêle à la crotte du caniche de mémé, votre bonbon à la menthe se noie dans une flaque d’eau… Pas de problème, sautez dessus, vous ne risquez rien. 

Sciences et Avenir rappelle que « cette croyance populaire (est) largement répandue (56 % des étudiants et 70 % des étudiantes de l'université de l'Illinois, aux États-Unis, l'appliquent, selon un sondage réalisé en 2003) ».

Ne rigolez pas trop fort si vous êtes du genre à souffler sur cet aliment pensant que vous allez le débarrasser de toute impureté…

Slate.fr nous plonge dans une immense déception en affirmant que « cette technique, qui vous a peut-être souvent sauvé la vie, ne repose sur rien ou presque d’un point de vue scientifique ».

Cette fois-ci, c’est du sérieux, du lourd, du costaud, de l’incontestable ! L’étude publiée dans la revue Applied and Environmental Microbiology, par une équipe de chercheurs de l’Université américaine de Rutgers dans le New Jersey est sans ambiguïté.

« La règle des cinq secondes est une simplification extrême de ce qui arrive réellement lorsqu’une bactérie est transférée d’une surface à de la nourriture. La bactérie peut contaminer instantanément » affirment les scientifiques après avoir testé plusieurs aliments sur diverses surfaces contaminées par la bactérie Enterobacter aerogenes.

Mais selon les chercheurs « plus la nourriture reste longtemps au sol et plus le nombre de bactéries transférées du sol vers sa surface est important ». Nous voilà rassurés sur la nécessité d’avoir mobilisé toute une équipe de chercheurs sur le sujet.

 

Crédit photo