Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

La pomme de pin est-elle une vraie pomme ?

La question, en gascon, sème la confusion. Qu’est-ce qu’une pigne ? La pomme de pin ou la graine que contient la pomme de pin ?

La pomme de pin est-elle une vraie pomme ?

FLÂNEUR DES SCIENCES


Les deux ! Le mot « pigne » dérive étymologiquement du mot gascon « pinha ». Ce dernier désigne ainsi la pomme de pin au sens de « cône de pin ». Le hic, c’est que le même « pinha » désigne également les graines contenues dans la pomme de pin, les fameux pignons de pin. Vous vous y retrouvez ?


Ces pignes que se disputent les écureuils sont les graines contenues au coeur de la pomme de pin. Ou plutôt dissimulées par paires derrière les écailles de la pomme. Comme un fruit, il lui faut le temps de mûrir. D’abord verte et couverte de résine, la pomme prend la couleur bois que les touristes amassés sous les pins connaissent bien. Car c’est en été, sous l’effet de la chaleur, qu’elle tombe et que ses
écailles s’ouvrent, laissant les graines s’échapper.


Côté botanique, il est d’ailleurs trompeur de parler de pomme de pin, car cela laisse penser qu’on est en face d’un fruit. Or, seules les plantes à fleurs donnent des fruits, car elles possèdent des carpelles : l’organe femelle contenant les ovules qui, après fécondation, donneront naissance aux fruits. Ces derniers protègent les graines qui se développent à l’intérieur : le carpelle devenant un fruit et les ovules, des graines. Ainsi, la châtaigne est un fruit au même titre que les fruits charnus (pêches, tomates, pommes…) ou fruits secs (pois, tournesol, blé…).

 

Pas de carpelle, pas de fruit

 

Mais revenons à nos pignes, cônes ou pommes de pin. Les conifères n’ayant pas de carpelles, ils ne possèdent pas de fruits. Alors, d’où vient la confusion ? Pas seulement du terme « pomme » mais surtout du fait que les cônes contiennent des graines, ces fameuses pinhas. Or, pour qu’un végétal fasse des graines, il n’y a pas plusieurs solutions : il faut une fécondation. Et celle-ci a bien lieu, même si les ovules sont dits nus (donc sans carpelle) sur les écailles des cônes femelles qui seront fécondées par les pollens des cônes mâles. Les cônes femelles, bien plus gros, qui comportent donc les ovules, sont plus complexes et doivent résister trois à quatre ans, le temps nécessaire à la maturation.


Fruit ou pas fruit, la graine contient un embryon qui sera dispersé quand le cône sera mûr. Elle pourra alors germer ou être mangée… Et il n’y a pas que les écureuils qui en raffolent. Nous les utilisons dans de nombreuses recettes : apéritifs, salades, avec du miel et en pâtisserie. Et même des tartes aux… pignons.


Chronique réalisée en collaboration avec le Mag de Sud Ouest. http://www.sudouest.fr/lemag/

Alexandre Marsat

Voir son profil