Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

La machine de Watt, un monument de l’histoire de Fumel

Au XIXème siècle, la fonderie de Fumel décide d’acquérir la plus célèbre machine à vapeur de l’époque : une machine de Watt. C’est aujourd’hui l’un des plus beaux témoins de l’histoire industrielle de la région

La machine de Watt, un monument de l’histoire de Fumel

Quatre étages de ferronnerie, avec colonnes doriques, chapiteaux et parquet : sa description pourrait faire croire à un temple de fonte et de bronze.  Mais il s’agit d’un outil aussi spectaculaire que novateur pour le XIXème siècle : une machine de Watt. Un monument industriel témoin du passé métallurgique de Fumel, au nord du Lot-et-Garonne.
Avec ses proportions considérables et sa puissance (200 chevaux-vapeur), la machine de Watt, installée en 1870, offrait à l’époque un bond technique important pour ventiler l'air du haut-fourneau de la fonderie.

C’est cependant par hasard que son inventeur, l’Ecossais James Watt, a amélioré la précédente machine à vapeur de Newcomen. En 1763, l’ingénieur entretient les instruments de l’Université de Glasgow et doit intervenir sur une réplique de la machine de Newcomen, alors considérée comme la plus performante. Mais le jeune Watt relève des pertes d’énergie et décide tout bonnement de modifier le modèle.
Ses interventions successives, notamment l'ajout d'un condensateur séparé, permettent de multiplier l'efficacité de la machine tout en la rendant plus sûre. Mieux adaptée aux besoins des usines, la machine de Watt perd moins de chaleur et offre un meilleur contrôle de la haute pression, synonyme de risque. Elle s'impose donc rapidement en pleine période de modernisation industrielle.

La machine est si efficace que le siècle suivant, la fonderie de Fumel, créée en 1847, en commande rapidement un exemplaire. Dès 1850, les pièces détachées de la machine sont acheminées en bateau depuis l’Ecosse jusqu’à Bordeaux avant d’arriver par gabarre via le Lot et d'être remontées sur place. Il faudra, sur le site de l'usine, construire un bâtiment digne de ses proportions : environ 150 mètres carrés et 12 mètres de haut.

Aussi appelée « la soufflante », la machine de Fumel est l’une des deux seules machines de Watt encore en état de marche dans le monde. Elle est classée depuis 2009 sur la liste des Monuments historiques.

Si elle montre toute l’ampleur de la révolution industrielle, la veille dame a rendu longtemps service à la métallurgie fuméloise en crachant sa vapeur jusqu’en 1953.

La soufflante n'alimente plus de hauts-fourneaux, mais elle tourne encore pour témoigner de cette histoire.

 

  1. Aujourd’hui la machine de Watt est au cœur d’une bataille juridique entre Fumel communauté, le liquidateur judiciaire et les syndicats qui en revendiquent la propriété.

 

Crédit photo : By CHRISTIAN AIRIAU (Own work) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

Alexandre Marsat

Voir son profil