Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

La fin de l’Observatoire ?

Cet été, les équipes de chercheurs de l’Observatoire quitteront Floirac pour rejoindre le campus universitaire de Talence.  Que deviendra le site majestueux de Floirac ? Nous avons mené l’enquête. Qui sont les autres personnes travaillant sur le site ?

Observatoire d'astronomie de Floirac

L'Observatoire astronomique de Bordeaux, aujourd'hui unité mixte de recherche CNRS-Université de Bordeaux, a été créé en 1878 par Georges Rayet (1839-1906), astronome originaire de Bordeaux. Chargé de réaliser des études d'astronomie, de météorologie et de magnétisme terrestre, l'Observatoire s’est doté d'une instrumentation spécialisée dans ces domaines.

Jusqu’aux années 1970, les activités scientifiques ont été orientées essentiellement vers la mécanique céleste (calcul de la trajectoire des astres) et l’astrométrie (repérage de la position exacte des astres). Par la suite, les activités se sont diversifiées autour de la technique des ondes radioélectriques et des thématiques nouvelles en astrophysique et en aéronomie (étude de l'atmosphère terrestre).

L'Observatoire comporte 7 instruments d'observation (lunettes, télescope, radiotélescope) et 148 instruments d'astronomie, ainsi que 4322 plaques photographiques.

 

Le personnel et ce qu'il va devenir

Il y a un peu plus de soixante personnes travaillant sur le site de Floirac comptant parmi eux une trentaine de chercheurs. Mais à l'Observatoire, il n'y a pas que des chercheurs ; il y a aussi des mécaniciens pour construire des instruments, des informaticiens, des agents d'entretien, des électroniciens, une documentaliste, du personnel administratif pour gérer le site et le personnel. Une partie de tous ces agents emménagera à Talence ce printemps et l'autre partie en été.

La participation du Laboratoire d'Astrophysique de Bordeaux (LAB)

Les chercheurs du LAB et le personnel technique ont collaboré à l'élaboration du plus grand radiotélescope ALMA et aussi au logiciel du robot Curiosity (robot explorant la planète Mars) ainsi qu'à la mission Gaia (mission dont le but est de cartographier en 3D plus d'un milliard d'objets de notre galaxie avec une précision inégalée).

Dernièrement, en 2016, suite à une observation menée avec l'instrument ALMA au Chili, les scientifiques de Floirac ont pu mesurer la température du gaz d'une étoile jeune à -260°C. Une étoile en formation est en effet entourée d'un disque protoplanétaire qui est du gaz où se trouvent des poussières. Personne ne s'attendait à un résultat aussi froid !

 

La « parabole » est en fait un radio-téléscope permettant de capter les ondes radio et les signaux émis par les différents astres.

 

Un déménagement cet été

D’ores et déjà, au printemps 2016, une partie de ce personnel a rejoint le campus universitaire de Talence et Pessac. Le reste des équipes déménagera cet été. En effet, suite à un choix politique, le Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux va être déménagé car les chercheurs ne font plus que très peu d'observations sur place. Les observatoires sont maintenant situés dans des montagnes comme au Chili où il y a peu de pollution.

Le site de Floirac en lui-même va peut-être être repris par l'Aérocampus (campus aéronautique et spatial où sont proposés des formations, des séminaires et qui accueille une pépinière d’entreprises) qui souhaite développer des activités en lien avec les satellites. Une partie du matériel sera déplacée à Talence mais le matériel appartenant au patrimoine historique de l'Observatoire va rester sur place.

 

Le LAB

Le LAB est une unité mixte de recherche nommée UMR 5804 dépendant du CNRS et de l'Université de Bordeaux. Il a pour but de diffuser les connaissances, de former les étudiants et de participer au progrès de la science.

L'un des principaux objectifs de l'astronomie est de comprendre la structure et l'évolution des objets ou des systèmes qui forment l'univers. Ce travail passe par la construction d'instruments d'observation, l'observation, l'analyse des données et l'élaboration de théories. Le LAB participe à la préparation et à l'exploitation scientifique des grands instruments, en particulier ALMA, HERSCHEL, GAIA, CASSINI-HYUGENS, MARS EXPRESS.

 

Loïc MERCIER, Gabriel ISAAC, Elénore PATTERY, Alexis CAUTE Victoria BEAUMONT, Erwan GODINEAU, Yann FURRER