Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

La caféine n’augmente pas les performances…

Comment faire tomber un mythe ? Demandez à des scientifiques de démontrer l’effet de la caféine sur le corps et ses avantages en termes de performance. Puis laissez d’autres chercheurs se pencher sur la question. Ils expliqueront que pour être performant il faut diminuer ses doses de café !

La caféine n’augmente pas les performances…

Dire tout et son inverse ? Il y a un peu de ça.

C’est slate.fr qui a déniché cette info scientifique sur le site Quartz.

En effet, une équipe américaine du Centre de recherche médicale John Hopkins a révélé de nouvelles études sur le café. Le centre est un peu spécialisé dans les publications médiatiques. Début 2015, la presse internationale avait repris leur recherche sur la sclérose en plaques. Ils expliquaient alors que la caféine avait des effets bénéfiques contre cette maladie. Tout comme contre Parkinson ou Alzheimer.

De même le café aurait de véritables bénéfices contre les maladies cardiovasculaires.

En 2009, le centre détaillait aussi dans Nature communications comment le café améliorait la mémoire.

Et là, patatras. Après avoir porté les avantages du café pendant des années, voilà le centre John Hopkins qui le démolit.

Slate.Fr explique : « les améliorations de performance provoquées sont inexistantes. La hausse des capacités liées au café cache en réalité un retour à la normal, en situation de manque. Une forme de dépendance addictive. Par ailleurs, boire de la caféine provoque une poussée d’adrénaline, ce qui fait que les émotions prennent le pas sur le comportement ».

Une addiction et une difficulté à gérer ses émotions. Rien que ça.

Il y a de quoi se perdre.

 

Quelques jours auparavant le CNRS avait publié un post sur son site intitulé « Les découvertes biomédicales rapportées par la presse sont-elles fiables ? ». Le centre de recherche français indiquait : « la presse couvre préférentiellement les études initiales et n'informe quasiment jamais le public lorsque elles sont invalidées, ce qui est pourtant le cas le plus fréquent ». Ouch’, une belle attaque.

Bon allez, je vais me faire un couler un petit café pour oublier tout ça.

 

Crédit photo