Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

L’égalité entre homme et femme est plombée dès l’âge de 6 ans !

Vous voulez que l’égalité des salaires entre les femmes et les hommes soit enfin réelle, que les femmes soient au moins 50% dans les CA et les directions d’entreprises, que le « sexe faible » soit respecté dans la rue et dans tous les lieux ? Et bien, bon courage.

L’égalité entre homme et femme est plombée dès l’âge de 6 ans !

La bataille ne commence pas chez les adultes mais dès le plus jeune âge. 
La preuve ? Les petites filles de 6 ans se disent qu’elles ne pourront jamais avoir de carrière brillante selon une étude publiée dans Science fin janvier 2016.

Science et avenir résume : « dès 6 ans, les filles intègrent le stéréotype selon lequel elles seraient moins brillantes que le sexe opposé ! En conséquence, elles évitent dès cet âge les activités intellectuelles, qu'elles ne jugent pas pour elles... »
Oui, 6 ans est l’âge où l’on quitte tout juste la maternelle. En plein éveil, les stéréotypes sociaux les frappent donc de plein fouet. 
Les chercheurs américains ont mené l’étude scientifique avec pas moins de 400 enfants de 5 à 7 ans, tranche d’âge importante car marquant l’entrée à l’école.
Ils ont d’abord montré des photos de femmes et d’hommes aux enfants. Ils devaient choisir qui était la personne intelligente. Si avant 6 ans les garçons choisissent de préférence les hommes et les filles les femmes, cela change pour les fillettes une fois scolarisée : elles se mettent à choisir les hommes.
La même différence est apparue au moment de choisir un jeu entre celui fait pour des « vraiment très intelligents » et l’autre pour ceux qui « font de leur mieux ». A partir de six ans, les filles prennent le second…
Cette expérience pose deux questions inquiétantes. La première est de savoir pourquoi cette différence émerge à 6 ans au moment de la scolarisation. Mais aussi d’identifier les conséquences d’une telle vision par les filles de leurs capacités.
Les premières semblent s’esquisser : avec un tel stéréotype social, la majorité des filles n’osent pas se diriger vers des carrières prestigieuses, des filières techniques et scientifiques ou encore des postes de dirigeantes politiques ou d’entreprises.

Voilà comment va le monde…