Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Fini la graphologie, place… à la frappologie

Les petits malins fans de la graphologie auront mis du temps à s’adapter. Vous savez la graphologie, il paraît que c’est scien-ti-fi-que-ment prouvé : on peut connaître le caractère d’une personne selon sa manière d’écrire. Précision pour les digital native : avec un stylo !

Pauvre science, on lui fait dire vraiment n’importe quoi.
Donc, depuis peu les graphologues ont décidé de s’adapter à une pratique récente : l’écriture avec un clavier d’ordinateur… ahahaha
Bon je me marre toujours autant quand je vois des offres d’emplois où il est demandé une lettre manuscrite avec envoi postal « cachet de la poste faisant foi » ! Mais cela va peut-être s’arrêter avec la frappologie. (bon à ce moment-là, mon correcteur orthographique me propose graphologie à la place frappologie. Une bonne vanne de word.)

C’est le Figaro Science qui nous dévoile cette nouvelle pratique : « Comme la graphologie, technique d'analyse de l'écriture manuscrite parfois qualifiée de pseudo-science, la frappologie est également censée déduire l'émotion et la personnalité d'un individu. »

Bref, certainement aussi exacte que la précédente. Mais l’analyse ne s’arrête pas à votre personnalité. Forcément, puisque l’on parle informatique, il faut que cela aille beaucoup plus loin.
Votre frappe permet une sorte de « signature » comme le définit Christophe Rosenberger, prof à l’école d’ingénieurs ENSICAEN et dont le sujet de recherche porte sur l’empreinte digitale, la dynamique de frappe au clavier et la dynamique d'interaction avec un écran tactile.
Bref, comme vous commencez à le deviner, votre frappe peut devenir votre mot de passe. Ou plus exactement il va compléter la sécurité de votre mot de passe pour savoir si c’est bien vous qui venez de le taper.
Sur la page de présentation de l’ENSICAEN, le chercheur explique : « pour identifier une personne grâce à son style de frappe, nous mesurons seulement trois paramètres : le temps de pression sur chaque touche, de relâchement ainsi que le temps de vol entre deux touches ».

Plus étonnant, on apprend que ce système de biométrie comportementale permet de reconnaître 9 fois sur 10, le sexe et la tranche d’âge de l’utilisateur.
Vous vouliez restez anonyme sur internet…

 

Crédit photo