Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Exceptionnelle « super Lune bleue de sang » : mais c’est quoi ?

C’est l’actu astronomique du mois reprise par tous les médias. 
Une situation lunaire considérable liée à la conjonction de trois phénomènes qui va se produire le mercredi 31 janvier 2018. La fameuse « super lune bleue de sang ».
Alors forcément parler de « Lune bleue de sang » peut perdre le commun des lecteurs, surtout quand on illustre le phénomène attendu par une Lune de couleur rouge. 

Exceptionnelle « super Lune bleue de sang » : mais c’est quoi ?

A vrai dire, la Lune bleue n’est pas bleue. Vous suivez toujours ? C’est comme l’expression « quand les poules auront des dents ». C’est pour marquer le caractère exceptionnel du phénomène. Oui, mais quel phénomène ? C’est une question de calendrier… Le cycle de la Lune étant de 29,5 jours, il est très rare que deux pleines lunes puissent avoir lieu le même mois (presque tous les 3 ans seulement). Or en ce mois de janvier 2018, la première pleine lune a eu lieu au matin du 2 janvier. A quelques heures près cette Lune bleue du 31 a failli rater sa coloration.
 

 
Cette lune bleue est une lune rousse…

Cette lune faussement bleue sera donc couleur sang. Vous suivez toujours ? Alors, on va essayer de vous perdre. 
En fait, la Lune ne sera pas rouge. Pour clore toute polémique ou tout fantasme, la Lune ne change pas de couleur ! C’est comme le Soleil, tout est question de perception : il est de lumière blanche mais on le perçoit jaune, orange ou rouge à cause de l’atmosphère terrestre (si vous savoir pourquoi, le Flâneur des sciences vous répond ici). 
Mais revenons à notre Lune. Ce 31 janvier la pleine lune vivra une éclipse totale. Une éclipse qui a quand même lieu deux fois par an.  La Terre passe entre la Lune et le Soleil.  Les rayons du soleil en traversant l’atmosphère terrestre deviennent alors rouges. Ils vont alors se « projeter » sur la Lune. C’est comme si on la Terre avait appliqué un filtre : on voit la lune de couleur rouge donc « sang ».
C’est ce que l’on connaît sous le nom de « lune rousse ». Mais finalement l’expression « super lune bleue rousse » aurait été encore moins compréhensible. 
 


Une super Lune, pas vraiment super…

Et la « super lune » ? Ce terme est censé désigner une Lune bien plus grosse que les autres. Là encore, c’est assez abusif comme dénomination (lire notre article ici). Pour comprendre le phénomène et son nom, il faut rappeler quelques notions de notre système planétaire.
 
La Lune est un satellite qui tourne autour de la Terre, dans un circuit plus ovale (elliptique) que rond. La distance entre les deux n’est jamais la même. On parle alors d’apogée pour désigner la distance la plus éloignée (406 740 km) et de périgée pour la plus courte (356 410 km). 
En prenant ces deux extrêmes, cela permet une première exagération pour affirmer que la Lune est 15% plus « grosse ». La Lune ne gonflant pas… il s’agit de notre « proximité » avec elle. Par une seconde exagération, on parle alors de « Super Lune ».
 

Alors, si vous êtes arrivés jusqu’à ces dernières lignes, il fort probable que vous soyez impatients de voir cette « super lune bleue de sang ». Pas de chance, ce 31 janvier, il est impossible de voir ces trois phénomènes réunis depuis l’Europe. 
 
Maintenant, vous pouvez toujours dire que le sang peut être bleu. Et c’est vrai ! 
A lire ici.
 
 

 

 
 

 

Alexandre Marsat

Voir son profil