Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Etes-vous excités par les parties génitales d’un… robot ?

L’actualité scientifique et technique regorge de curiosités. Cette semaine la barre a été placée assez haute. Slate.fr nous apprend que « toucher les parties génitales d’un robot peut être excitant ».

L’actualité scientifique et technique regorge de curiosités. Cette semaine la barre a été placée assez haute. Slate.fr nous apprend que « toucher les parties génitales d’un robot peut être excitant ».

Forcément, il ne faut pas toujours s’arrêter au titre. Non mais parce que là, ça donne libre cours à toute interprétation.
C’est excitant en soi pour tout le monde ? Ou bien, ils ont trouvé 2-3 énergumènes qui s’excitent en mettant la main au slip de robots humanoïdes ?
Et puis c’est quoi « les parties génitales d’un robot » ? Je ne vois pas bien. Je peux me baisser, faire le tour, je ne vois toujours pas. Bref sommes-nous tous tarés ou bien cela concerne-t-il seulement quelques cas médicaux ?
Bien entendu, vous pensez comme moi : cela ne nous concerne pas ! Eh bien l’étude scientifique qui a analysé nos rapports aux robots démontre que c’est encore pire que le titre.
Réalisée par des scientifiques de l’université de Stanford, l’étude porte un titre encore plus évocateur : « Toucher un corps mécanique : le contact tactile avec les parties génitales d’un robot humanoïde est physiologiquement excitant ». Froid mais sans appel.

Pour donner corps à leur démonstration, ils ont demandé à des étudiants de rester seul dans une pièce avec le robot Nao. Oui ce petit robot de la taille d’un enfant. Un robot franchement asexué.
Nao leur demandait alors de toucher différentes parties de son « anatomie ». Pas de problème avec ce que les médecins appellent les « membres supérieurs » ou encore les genoux. Cela se complique pour lesdites parties génitales.


Les chercheurs expliquent : « toucher les régions les moins accessibles du robot était physiologiquement plus excitant que de toucher des parties plus accessibles. »
Et si finalement nous ressentions des sentiments pour ces robots, puisqu’ils nous ressemblent.
Numerama rappelle que « notre malaise à la vue des ingénieurs de Boston Dynamics frappant un de leurs robots en dit long sur l’empathie que nous avons pour eux ».
Et de citer un doctorant qui a participé à l’étude : « Notre travail montre que les humains réagissent avec les robots de manière primitive et sociale. Les conventions sociales qui entourent les parties intimes des humains fonctionnent aussi avec le corps d’un robot. Ces recherches impliquent beaucoup de choses pour le design des robots et les théories des systèmes artificiels ».

Bref, si vous cherchiez une explication au développement des sex-bots, ces robots sexuels, vous l’avez…

 

Photo credit: Gundam RX-78-2 in Odaiba : お台場のガンダム RX-78-2 via photopin (license)