Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Estuaire de la Gironde : les super pouvoirs des marais

La Fête de la Nature, qui se déroule en Nouvelle-Aquitaine et partout en France du 17 au 21 mai 2017, célèbre cette année les super pouvoirs de la nature. L'occasion de (re)découvrir les services rendus par les marais estuariens. Tour d'horizon dans les marais de l'estuaire de la Gironde.

 

Les marais du Blayais s'étendent de St Androny (Gironde) à Mortagne-sur-Gironde (Charente-Maritime) et constituent un vaste territoire de 15 000 hectares. Crédit :  Photo / DR Alexandrine Civard-Racinais

Et si la Fête de la nature était l’occasion de partir à la découverte du marais du Blayais, sur la rive droite de l’estuaire de la Gironde ou des marais médocains, sur la rive gauche de l'estuaire ? Longtemps mal-aimées, voire malmenées, ces zones humides assurent en effet des fonctions écologiques, hydrologiques et socio-économiques essentielles. 

Lors des crues liées aux grandes marées ou de submersion lors des grandes tempête hivernales, « les marais évitent aux eaux d’envahir les terres à toutes vitesse. Grâce à eux, la pénétration des terres est moins violente, moins dévastatrice » souligne François Letourneux, président de la Fête de la nature.

Ces zones tampons, entre terre et eaux, possèdent un autre super pouvoir : les marais sont de vraies éponges. Après une inondation ou une forte pluie « les marais injectent tout doucement l'eau dans le sol. Cela a pour effet d’alimenter les nappes phréatiques et d’éviter la pénurie d’eau lors des sécheresses ». Mieux encore, en période de canicules, « ces zones humides libèrent de l’eau dans l'air par évaporation et évapo-transpiration par les plantes, rafraîchissant ainsi l’air ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Légende : Les canaux qui sillonnnent les marais du Blayais constituent une aubaine pour l'avifaune.
Crédit : Photo DR Alexandrine Civard-Racinais

 

 

Des milieux riches en faune et en flore spécifiques

 

Certaines plantes comme le roseau phragmite sont elles aussi célébrées. Cette espèce végétale emblématique des marais « est capable de respirer dans l’eau ! », s’enthousiasme François Letourneux. « Ses tiges sèches qui sortent de l’eau lui servent de tuba pour aérer ses racines et rhizomes, lui permettant de respirer même quand il pousse dans des sédiments inondés et parfois dépourvus d’oxygène. »

Cet « agent multiservice des zones humides » accueille aussi de nombreux oiseaux comme la rousserole effarvate ou le splendide gorge-bleue à miroir. Deux passereaux que les promeneurs auront peut-être la chance d’apercevoir dans les marais du Blayais.

En Médoc, la discrète loutre (ou quelques indices de passage) ou la cistude d’Europe (tortue d’eau douce « quasi menacée » de disparition à l’échelle internationale) seront peut-être au rendez-vous.

À l’heure où 67 % des zones humides ont disparu en France, condamnées par l’intensification agricole, la pression urbaine ou la perte d’usages, il est urgent de (re)découvrir ces milieux riches et fragiles à la fois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Légende : La plupart des sorties proposées dans le cadre de la Fête de la Nature sont accompagnées.
Crédit : Photo DR Fête de la Nature-Louis-Marie Preau 2016

 

Comment trouver un site près de chez soi ? :  Entre le 17 et le 21 mai, plusieurs sorties découvertes du marais du Blayais ou des marais médocains sont proposées dans le cadre de la Fête de la nature. Pour connaître toutes les activités et visites proposées près de chez vous, rendez vous sur le site officiel de la manifestation.

 

Alexandrine Civard-Racinais

Voir son profil