Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Ecrivaine publique à Hourtin : une femme, une vocation

Retraitée, Yvette Scheers a depuis toujours la vocation d’aider les autres. Depuis 7 ans, elle occupe bénévolement la fonction d’écrivaine publique à Hourtin.

Yvette Scheers, assistante sociale à la retraite, elle occupe la fonction d'écrivain publique à Hourtin.

Après une carrière de 35 ans comme assistante sociale, Yvette, revenue dans la région en 1980, a eu des fonctions pendant 5 ans à la mairie d’Hourtin comme conseillère chargée du social et 1ère adjointe. « De par mon expérience professionnelle et durant mes mandats à la mairie, je me suis rendue compte que beaucoup de personnes ne savaient pas remplir des documents administratifs et rédiger des lettres officielles ».

Chaque lundi, pendant 2 heures, de 15 à 17 h, à la maison paroissiale d’Hourtin, dans les locaux du Secours Populaire, elle a décidé d’ouvrir une permanence pour venir en aide à ces personnes dans le besoin.

 

Ecrivaine publique, seulement pour les personnes illettrées ?

Selon elle, « la fréquentation est irrégulière, de deux à trois personnes en moyenne par après-midi ». Le profil des personnes qui la consultent est varié : ce sont des jeunes qui ont eu une scolarité « en pointillés » et qui malheureusement ne maîtrisent pas l’art de l’écriture, des handicapés, des femmes seules avec enfants, des personnes âgées qui peinent à remplir des documents administratifs « trop complexes ». Pour des documents difficilement compréhensibles ou des demandes spécifiques auxquelles Yvette ne peut répondre, elle sollicite l’aide du CCAS, de la CAF ou du médecin.

 

Ecrivain public, un métier d’ici et d’ailleurs

« Ecrivain public, c’est un métier vieux comme le monde et aujourd’hui encore, au Maghreb, on trouve des écrivains publics dans la rue car beaucoup de personnes dans le monde n’ont pas accès à la rédaction et à l’orthographe », nous confie Yvette Scheers, qui regrette que même ici, en France, on ne donne pas assez d’importance à la lecture et à l’écriture au primaire. « Même chez les bacheliers, il y a vingt fautes par page ! ».

 

 

 

 

 

Accéder à l'enregistrement de l'entretien :

 

Maxime COURTY, Camille BRIONGOS et Tom SARRAZIN. 

Article et photos réalisés par les élèves du collège Jules Chambrelent d'Hourtin dans le cadre de leur projet "Un lieu : des hommes, des métiers".