Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Disparition : un problème, une solution...

Aujourd'hui de nombreuses espèces disparaissent à cause du développement des activités humaines. Comment limiter ces disparitions sans compromettre l'économie mondiale ?

 Disparition :  un problème, une solution...

Dossier réalisé par deux classes de 3e du collège Jean Monnet de Saint-Ciers-sur-Gironde avec l’aide de leur professeur Sandie Lannot (arts plastique),  Floriane Guiet (éducation musicale) et Fabien Lagrasse  (Sciences de la vie et de la terre​) et de la journaliste Marianne Peyri dans le cadre de « Sciences en collège » (Partenariat Cap Sciences - Conseil général de la Gironde). 

 

Motivés par l'argent, de plus en plus de chasseurs braconnent dans des espaces naturels protégés, par exemple dans certains pays, des braconniers coupent les cornes de rhinocéros évoluant dans des réserves, certains allant même commettre leur forfait sur des rhinocéros vivant dans des zoos, comme cela s'est produit en mars 2017 au zoo de Thoiry. Pour éviter que cet incident ne se reproduise, il faudrait plus de sécurité dans les parcs naturels et une punition plus sévère pour les braconniers.

Ensuite certaines espèces rares sont importées par des particuliers et laissées dans des endroits insolites. En 1984 un crocodile du Nil a, par exemple, été retrouvé dans les égouts de Paris.

Mais les menaces principales proviennent des activités humaines qui engendrent de la pollution, la destruction d’habitat naturel et le réchauffement climatique. Ces trois causes sont liées et parfois se cumulent pour certaines espèces.

 

 Cette situation n'est pas une fatalité

Tout un chacun, à notre échelle, nous pouvons nous aussi faire certains gestes pour sauver ces espèces comme :

Changer notre mode de consommation et nos habitudes alimentaires, car la consommation d'huile de palme nuit à la biodiversité et à la disparition des orangs-outans. Il faudrait aussi réduire sa consommation de viande ne serait-ce que de 15 %, cela réduirait considérablement la déforestation et les rejets de gaz à effet de serre.

S’intéresser à la provenance des produits et à l'éthique de production pour réduire les exploitations des habitats abritant des espèces menacées. D’ailleurs certains écolabels privilégient une production équitable et durable.

Réduire la consommation de pesticides et privilégier une agriculture responsable.

Mettre en place un contrôle de la pêche et un respect des quotas pour éviter la surpêche d'une espèce, favoriser des méthodes durables et éviter un appauvrissement de la faune et la flore marine.

Économiser nos ressources et privilégier les transports en communs pour réduire la consommation d’énergies fossiles et favoriser la transition énergétique en faveur des énergies renouvelables.

Toutes ces solutions ne sont applicables que pour et par l’Homme, en tant que consommateur averti et en tant que citoyen du monde nous devons protéger les ressources et les richesses qu’offrent de notre planète.

A lire.

 

Bossy Aimeric, Bertrand Émile, Schaeffer Océane, élèves de 3e du collège Jean Monnet de Saint-Ciers-sur-Gironde.